dimanche, 18 mai 2014

Falco & la vie volée

Je regardais l’autre jour une série dont on dit « qu’elle cartonne » sur TF1. Le thème en est la vie volée. Elle met en scène un policier dans la tête duquel son meilleur ami a planté un pruneau, une vingtaine d’années  plus tôt. Il sort du coma, retrouve sa femme qui a épousé un autre homme, sa fille qui est adulte, son commissariat métamorphosé, le tout dans une société qui a complètement changé. Il se heurte à l’indifférence des vivants, seulement rompue par la surprise parfois gênée de ses proches. Il plonge dans ses enquêtes, pour se divertir de son mal. On pressent qu'il finira par devenir lui-même, au fil des épisodes, l'objet principal de son enquête. 

Le thème n’est pas très original, nombre d’écrivains, dont  Béraud dans son magnifique roman Lazare, l’ont déjà traité dès les années 20. C’était à l’époque des soldats blessés qui, après un long coma, se heurtaient à l’indifférence des gens de l’après-guerre, avides de jouir.

Et je me demandais s’il est vraiment nécessaire que son meilleur ami vous ait jadis planté un pruneau dans le crâne pour éprouver un tel malaise, un tel insidieux sentiment : sentir sa vie volée. D’une certaine façon, et c’est peut-être ce qui explique le succès de cette série, nous avons tous une part intime de nous-mêmes, de notre vie, de notre temps, qui a été, qui est et qui sera encore volée. Tout cela est lié à la façon dont le monde, la société – qui ne sont rien d’autres qu’une sorte de coma de l’âme – se saisissent de nous, à celle dont nous jugeons les autres, qui tout autant nous jugent, à ce qui se fige là-dedans.

C’est un drôle de sentiment, qui se mêle à ceux de la diversion, de la déception. Vie volée : Y entrent sans doute en jeu autant de lucidité que d’illusions. Il laisse un grand vide au cœur, avec l'impression -fondé ou non- que le mystère de vivre s’est encore un peu plus épaissi, et que l’on n’a cette fois-ci, dans une société de plus en plus perdue, déboussolée, fausse, plus aucun droit à se laisser distraire. Mais distraire de quoi ? Résonne alors à nouveau la question que posa, un jour, le poète Rimbaud : Comment agir, ô cœur volé 

falco,vie volée,policier,polar,tf1,rimbaud,lazare,béraud,séries tv,

L'acteur Sagamore Stévenin dans Falco

20:20 Publié dans Là où la paix réside | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : falco, vie volée, policier, polar, tf1, rimbaud, lazare, béraud, séries tv | | |

jeudi, 15 mai 2014

Tendancieux, non ?

Les  épreuves des divers BTS ont débuté en France.  Je surveillais,  hier, celle de Cultures de la Communication. L’épreuve porte toujours sur une campagne de communication à analyser à partir d’un texte critique, le tout étant à compléter par un travail de création. Épreuve plus compliquée à réaliser qu’il n’y parait de prime abord. Au vu de la profusion des campagnes, les concepteurs de sujets n’ont que l’embarras du choix.

Hier après-midi, en ouvrant l’enveloppe des sujets devant une quarantaine de candidats (silence toujours très recueilli), première surprise : les étudiants vont devoir plancher sur la campagne de communication du gouvernement pour ses discutables et discutés emplois d’avenir. On demande aux étudiants d’analyser les plaquettes retenues pour la campagne, et d’imaginer une bannière pour le site www.lesemploisdavenir.gouv.fr . Ça tombe bien, me dis-je en distribuant la chose, je leur ai fait lire le Propaganda de Bernays en long, en large et en travers. En terme de communication politique, ils sont au top. Sauf que ce n’est pas un travail critique qu’on leur demande. Mais de confronter la vision que Rimbaud se ferait de la jeunesse dans son poème Roman (le fameux « on n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans») avec le point de vue des concepteurs de cette campagne.

Et puis il y a autre chose, qui me saute aux yeux sur la plaquette qu’on leur propose en exemple. Cette splendide faute d’orthographe. L’accord grammatical de pas de est discutable et se fait toujours d’un point de vue sémantique : On dira « Il ne fait pas de fautes », mais « venez sans faute »… Sauf que lorsqu’il est précédé de peu de, le pluriel l’emporte de façon indiscutable : Dans le rond rose, il fallait écrire Peu ou pas de diplômes.

lesemploisdavenir,communication,bts,politique,propagande,gauche au pouvoir,socialisme,france,éducation nationale,tendancieux

Bref. J’aurai passé l’année à dire à mes étudiants qu’une faute d’orthographe sur un Bon à Tirer devient une faute professionnelle parce qu’elle se chiffre en euros lorsqu’il faut tout ré-imprimer, pour les voir plancher sur un sujet contenant (dans un plaquette officielle payée au frais du contribuable) une faute qui aura passé les seuils successifs :

- d’une agence de communication gouvernementale

- d’un premier imprimeur

- des concepteurs du sujet

- des vérificateurs

Ce qui implique au minimum deux bons à tirer et combien de relectures ? .

Bref.

A l’arrêt du bus, plus tard, deux examinateurs me demandent :

 « -Qu’avez-vous pensé du sujet ? Tendancieux, non ?

Ricaner. Que faire d'autre ?

- La gauche est revenue au pouvoir, leur fais-je. Et ça se voit… »

mercredi, 14 mai 2014

Le football, l'insulte et l'esperluette.

Un footballeur sélectionné  pour la Coupe du Monde vient de déclarer : c'est difficile de dire ce qui se passe dans la tête & en moi. Dissociation intéressante entre le moi et la tête,signifiante, drôle et dramatique à la fois, qui dit tout de l'époque à sa façon, de ses nouveaux héros du populo et serviteurs soumis à la pire des politiques. Plus encore que le tweet de la compagne de Nasri qui a fait le tour du web, dans laquelle elle fuck france et fuck descamps (sans majuscules).Ce n'est pas tant l'insulte qui est pénible, que le fait que cette conne et son compagnon soient arrosés de pognon et d'honneur, jetés par le système comme modèles à des millions de gens qu'on prétend, par ailleurs, vouloir éduquer. Et je ne vois qu'une explication à cette insulte : la dissociation, sans doute inhérente à ce milieu, entre la pensée et le corps, que marque ici l'esperluette.

 

anara,nasri,football,politique,deschamps,france,football,fuck france,fuck deschamps,

 

08:36 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : anara, nasri, football, politique, deschamps, france, fuck france, fuck deschamps | | |

lundi, 12 mai 2014

Quitter l'Europe, sortir de l'Histoire et autres éléments de langage

VALLS-1.gif

Manuel Valls l’a répété hier soir sur TF1, « sortir de l’Europe, ce serait sortir de l’histoire ». Outre le fait que la France ne peut ni sortir de l’Europe (la réelle Europe géographique), ni sortir de l’Histoire, et qu’on se trouve typiquement face à un élément de langage, la répétition de cette formule rhétorique a le mérite de mettre l’accent sur l’idéologie qui se trouve derrière la construction européenne en cours, et qui n’a rien à voir avec l’Histoire des peuples, qu'ils soient européens ou non, c’est le moins qu’on puisse dire !  Cette idéologie, théorisée par Francis Fukuyama est celle de la fin de l’Histoire, une fin de l’histoire heureuse qui serait rendue possible par le triomphe de l’ultralibéralisme sur les souverainetés nationales, de la culture du libre marché mondialisé et de la propagande des mass-médias qui la porte sur le débat démocratique ou la liberté  d’expression individuelle.

 Son avènement effectif n’est possible que si les dirigeants actuels parviennent à accoucher de cette Europe fédérale à laquelle ils cherchent à soumettre les peuples, malgré leurs histoires, leurs cultures, leurs langues, leurs religions respectives. C’est entre autre à cela que sert le traité transatlantique dont on se garde, dans les partis dominants (PS & UMP), de trop entretenir le chaland. L'Europe qu'ils veulent construire est le lieu même de la fin de l'Histoire.

Etant français, nous sommes, de fait, européens. Cela ne signifie pas que nous devrions être ipso facto pour la destruction progressive des cultures européennes au profit de celle, américaine, de la consolidation d’un marché libéral anglo-saxon ouvert avec les USA, pour  la disparition de l’influence du christianisme au profit d’une idéologie du chacun pour soi on est tous égaux, pour la sanctuarisation progressive de l’idéologie du multi-cultarisme, facteur de violences identitaires et d’anesthésie culturelle  ni, après la disparition des frontières et des monnaies, pour celle  des nations au profit d’une coagulation fédérale, monétaire et financière qui ne pourra que ressembler – en bien pire – aux USA, dont elle ne sera que la caricature infernale. Cela ne signifie pas - autrement dit - que nous devrions militer pour la fin de l’Histoire

Les Français sentent bien que ça magouille sec derrière leur dos. Jamais le Front National n’a été si haut dans les sondages, et cela n’est pas dû au talent soudain de leurs dirigeants, mais à ce sentiment que ceux qui sont censés l’incarner remettent en question l’idée même de Nation. Un exemple parmi d’autres : le mille feuille territorial (splendide élément de langage), dont un sondage récent prétend que la majorité des gens serait pour qu'on le supprime. Cette réforme nous est vendue comme un choc de simplification censé faire faire  des économies au pays, alors qu’il s’agit  plutôt de le débarrasser de ces cellules administratives historiques que sont communes et départements, qui demeurent comme des poches de résistance à la gestion européenne de la nation française, afin de mettre en place plus facilement ce fameux fédéralisme entre grands pôles régionaux en compétition. Si Hollande était si sûr que les Français approuvent ce projet, pourquoi refuserait-il de faire un référendum ?  Parce que, disent les communicants politiques, il le perdrait forcément en raison de son impopularité ! On nage en pleine incohérence, en pleine absurdité. En pleine langue de bois, en pleines inversions langagières également;

Comme quand on assimile le fait de quitter l’Europe à sortir de l’Histoire : si ce qui se construit avec ce fédéralisme européen gouverné par une Banque privée en accord avec les USA est bien la fin de l'Histoire, quitter cette Europe là, c'est bel et bien au contraire réintégrer l’Histoire, et non en sortir ! Les libéraux appellent cela revenir en arrière, on pourrait tout aussi bien dire bondir en avant ! Et rester avec eux dans cette zone infernale serait au contraire véritablement en sortir (de l'Histoire). Quitter l’Europe, c’est reprendre en mains son histoire. Le prix du courage politique, ce qui n’est pas rien. Certains peuples le savent - ou l'ont su - mieux que d'autres.

00:17 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manuel valls, europe, france, culture, souveraineté, nation, politique, sortir de l'histoire, fukuyama | | |

dimanche, 11 mai 2014

Nuel, Houdaer, bref et fictif Réel

Jean Jacques Nuel  a connu le temps des « menus larcins », et le raconte dans Le Mouton Noir, un recueil de textes courts publié chez Passage d’Encres. Il m’en cause un peu autour d’une bière dans un café de la rue Aimé Boussange à la Croix-Rousse. Le Mouton Noir, c’est le texte liminaire, celui-ci qui donne la clé (et le titre aussi) du bref recueil. Nuel s’y dépeint  naguère  également rejeté, et par les poètes et par les prosateurs, devenu fervent amateur de textes courts. A un moment, la conversation tourne autour du catholicisme, et il me parle de sa lecture de Jouhandeau. Même si ça ne saute pas aux yeux de prime abord, je me dis qu’il doit y avoir un lointain rapport de filiation entre les paragraphes mordants de Chaminadour et les siens, vifs et pince-sans-rire.

Une sorte de posture à mi chemin entre Réel et fiction, une technique de croquis qui hésite entre personne et personnage. A la page 24 du recueil, par exemple, Nuel raconte qu'il retrouve un de ses copains, Houdaer, en train d’écrire dans un café de la Guillotière nommé Court-Circuit un poème nommé Court-Circuit, et qu'au lieu de se retrouver dans un café, ils ont failli se retrouver dans une fiction. C’est d'ailleurs un trait commun entre les deux, cette envie instinctive de faire se joindre ce qui se passe et ce qui s'écrit, à la crête de leurs brèves lignes.

Ne se souvient-on pas que Nuel a édité Houdaer, l’an passé ? Enfin pas lui, mais son recueil Fire Notice, dans lequel il est question de ne pas imposer sa vision du monde, mais plutôt des effets de surprises. Et c’est marrant (en guise de surprise) parce que le lendemain même de ma rencontre avec Nuel, je tombe nez à nez à la sortie du Carrefour City de la rue du Mail sur Houdaer. Toujours à la Croix-Rousse, mon fief de plus en plus. Il est pressé, moi aussi, mais on se promet de se revoir un de ces jours. L’art du bref, dans toute sa curieuse véracité. Avec tout ça, je ne sais plus bien si j'étais en train de lire une page de Nuel ou bien  d'Houdaer. C'est pour ça que je parle des deux.

nuel,houdaer,littérautre,textes brefs,jouhandeau,croix-rousse,lyin

Nuel et Houdaer à un cabaret poétique du Périscope

A lire 

Le Mouton Noir, Jean-Jacques Nuel, Passage d'encres. Son blog, L'Annexe, ICI

Fire Notice, Frédérick Houdaer, Le pont du Change. Son blog, Branloire Perenne, ICI

samedi, 10 mai 2014

Le cercle vicieux du pouvoir

Ceux qui croient en une évolution de l'homme et un progrès moral possibles, ceux qui voient dans le politique et la démocratie une échappée à la misère de l'homme peuvent méditer sur ces quelques lignes de Tolstoï, couchées sur son Journal, le 10 février 1906. Il y décrit avec une belle lucidité la formation progressive de ce qu'il nomme le cercle vicieux du pouvoir. J'ai placé entre guillemets les citations exactes de Tolstoï et résumé par ailleurs les étapes intermédiaires de son raisonnement. La situation dans laquelle nous nous trouvons ressemble, de fait, à celle où se trouvaient les hommes de ce temps, les moyens de propagande par mass-médias et les avancées technologiques de ces dernières décennies en moins.

tolstoi1.jpg

Les hommes délèguent le pouvoir à ceux qui se chargent de les gouverner  pour « n’être pas enlevés à leurs affaires et ne pas être contraints, à l’encontre des exigences de leur vie spirituelle, à participer aux dispositions de l’autorité ». Autrement dit, ils délèguent le pouvoir à d’autres par une sorte de souci  de confort, à la fois matériel et spirituel.

« Les hommes investis du pouvoir l’utilisent non pas pour ce en vue de quoi il leur a été donné, non pas pour arranger les affaires communes, mais ils l’utilisent pour leurs propres buts, cupides, ambitieux, et cela se répète partout où il y a un pouvoir, du maire et du sergent de police aux rois et aux empereurs.»

Dès lors, les assujettis se soulèvent (révolutions), le pouvoir est alors remplacé par un autre.

Et lorsque la situation se répète trop souvent, les assujettis «s’efforcent de limiter le pouvoir à un petit nombre de gens, ce qui crée une oligarchie», mais ne change rien à la situation.

Alors les assujettis s’efforcent de limiter aussi ceux qui limitent le pouvoir suprême, « et s’instaure une Constitution qui est de plus en plus celle de tout le peuple, démocratique »

« Mais pour que les assujettis puissent réellement limiter ceux qui gouvernent par l’organisation d’élections ; de protestations, il est nécessaire que les assujettis s’occupent constamment et activement de ces moyens de limitation du pouvoir. Or s’occuper de ces moyens de limitation prive les assujettis de la liberté, du loisir de s’occuper de leurs affaires et les entraîne dans la participation au pouvoir, c’est-à dire dans cela même pour quoi les hommes ont renoncé au pouvoir et l’ont remis à d’autres. Il s’ensuit un cercle vicieux : Le seul moyen de limiter le pouvoir est la participation au pouvoir.

Mais la situation durant tout le processus historique qui vient de se dérouler s’est considérablement dégradée : les assujettis qui participent au pouvoir se trouvent en présence «non plus de simples problèmes d’organisations sociales, mais de complications les plus variées» Apparaissent des dettes insolvables contractées antérieurement, apparaissent d’énormes richesses constituées durant l’activité du pouvoir et grâce à lui, et la misère de classes entières, causée elle aussi par les actes de ce pouvoir.

La difficulté de résoudre ces problèmes, pour les hommes de la nouvelle époque qui participent au pouvoir «réside dans le fait que la conscience morale et religieuse – les idéaux des hommes de la nouvelle époque – sont entièrement autres que ceux au nom desquels se perpétraient ces actes, ces embarras dont les hommes de notre temps doivent prendre part.»

19:29 Publié dans Des nuits et des jours... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tolstoï, pouvoir, politique, europe, russie, littérature | | |

vendredi, 09 mai 2014

Tutoyer Merkel

Je n’y peux rien, depuis le commencement je trouve cet homme ridicule, ceux que ça énerve ne sont pas forcés de lire ce billet. Le tutoiement appuyé à Angela Merkel, cela pue son conseiller de Corrèze parvenu, c’est grossier, laid, comme l’accolade au pape, ce type n’a aucune classe, aucune tenue, aucune distinction, c’est la vulgarité de l’épicier qui rote en fin de repas, faite président. Rien à voir avec la culture française et sa représentation, rien, ou alors celle, ironique, du beauf. Tutoyer Merkel  (parce que c'est toi cet idiot paraphraserait-il Montaigne ?) après l'avoir durant sa campagne traitée de tous les noms. Ce Hollande, oh ! s’en débarrasser au plus vite !

Au moment où l’armée ukrainienne tire sur les insurgés pro-russes et provoque la mort de  20 personnes, tout ce que les chaines de télé françaises trouvent à raconter, c’est que les parades militaires devant Poutine en Crimée tiennent de la puissance du patriotisme retrouvé et de la pure provocation. Evidemment, Hollande aux Champs Elysées, c’est les sifflets assurés, les quolibets ou pire, les rues désertées ! Il en rêverait sans doute, le pauvre pingouin, d’une telle revue militaire ! Le pauvre homme, dirait la Toinette du Malade Imaginaire ! Le pauvre homme, doit penser Angela. Mais quel enfumage !

Obama, quant à lui, déclare que la venue de Poutine en Crimée« cela exacerbe les passions ». 20 morts à Mariupol, tirés comme des lapins, ça ne les exacerbe pas, les passions ? J’imagine les commentateurs si c’était l’œuvre du gouvernement syrien plutôt qu’ukrainien…. Pas un mot, à côté de cela, sur la veulerie du traité transatlantique qui signe l'arrêt de mort des nations libres : rester dans l’Europe, mais  c’est la fin de l'l’Histoire, au sens où Francis Fukuyama le théorisa un jour, et c’est rentrer dans la guerre, tout au contraire de ce que dit l’épicier-président. Votons aux extrêmes, évidemment, droite ou gauche selon nos sensibilités, ne laissons pas les débats être confisqués par ce mensonge vertueux incarné par la zone euro. Nous savons déjà qu'aucune élection européenne n’aura receler tant d’enjeux, que celle qui approche…

 

21:03 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hollande, merkel, poutine, mariupol, europe, politique | | |