Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 24 décembre 2015

Un présent de foi

« O Emmanuel ! Roi de Paix !... »  Au milieu d'une actualité aussi brouillonne que bouillonnante, nous sommes passés du temps de l'Avent à celui de la Nativité. Il est saisissant, le contraste entre notre histoire et celle de Dieu. Ce président qui paraît, des années après son élection, s'essayer encore en vain au costume qui l'écrabouille, ces palabres pour rire entre une prétendue majorité et une prétendue opposition à propos de la nationalité française et de sa déchéance qui concernera tout au plus une poignée de cinglés, cette Garde des Sceaux comme pétrifiée entre deux mensonges, cette folle furieuse arrêtée à temps avec un faux-ventre qu'elle s'apprêtait à bourrer d'explosifs pour se faire sauter au nom d'Allah à Montpellier, cet autre dément qui se pend dans la cellule où s'achève son Jihad, et le décès du troisième transplanté cardiaque de Carmat qui vient télescoper la mort de Jean-Marie Pelt, et puis toutes les autres nouvelles de l'info-spectacle, de la démission de Courbis  à la sortie de Snoopy...

Parmi tant événements si graves ou si futiles (c'est selon le point de vue) chacun, pénétré de sa propre importance, de son vif agacement ou de sa lancinante lassitude, voit midi à sa fenêtre, bien sûr, et fabrique la petite réalité quotidienne de son opinion. Plus discrète, plus profondément palpable, stabilisée par des siècles de liturgie, une autre histoire se donne pourtant à goûter, une autre actualité, un autre temps. Dans cette première qui nous paraît contemporaine, nous ne faisons que passer, nous ne saisissons rien - sinon parfois des coups - et nous perdons beaucoup de nous-mêmes, de notre attention, de notre énergie, de notre esprit. Dans la seconde, nous sommes véritablement sanctifiés, pour peu que nous acceptions d'entrer. Je me demande pour ma part si vivre en chrétien ce n'est pas tout simplement vivre dans une autre histoire que celle du temps qui passe et de l'actualité qui le tronçonne, si ce n'est pas camper obstinément, et presque uniquement, dans l'Histoire sainte.

Une des antiennes en Ô de la fin de l'Avent nous montre ainsi Joseph et Marie pénétrant dans le temple de Jérusalem, peu avant leur départ pour Bethléem. Et l'on ne sait quelle valeur attribuer à ce présent qui parcourt tout le texte, de narration pour ceux qui ne voient dans ce récit qu'une belle histoire, prélude de la Nativité, ou bien de vérité générale pour le récitant plein de foi qui le délivre syllabe par syllabe en cet aujourd'hui atemporel qui pourrait aussi être le nôtre, qui ferait bien d'être le nôtre. Un présent de foi, pourrions-nous dire, si c'était linguistiquement acceptable... Car s'y proclame de manière belle et poétique l'imperceptible mouvement par lequel on passe de la Table de Moïse à l'autel du Christ, de la Loi au Législateur. A lire mot à mot et à lentement déguster.

« O Emmanuel ! Roi de Paix ! Vous entrez aujourd’hui dans Jérusalem, la ville de votre choix ; car c’est là que vous avez votre Temple. Bientôt vous y aurez votre Croix et votre Sépulcre ; et le jour viendra où vous établirez auprès d’elle votre redoutable tribunal. Maintenant, vous pénétrez sans bruit et sans éclat dans cette ville de David et de Salomon. Elle n’est que le lieu de votre passage, pour vous rendre à Bethléem. Toutefois, Marie votre mère, et Joseph son époux, ne la traversent pas sans monter au Temple, pour y rendre au Seigneur leurs vœux et leurs hommages : et alors s’accomplit, pour la première fois, l’oracle du Prophète Aggée qui avait annoncé que la gloire du second Temple serait plus grande que celle du premier. Ce Temple, en effet, se trouve en ce moment posséder une Arche d’Alliance bien autrement précieuse que celle de Moïse, mais surtout incomparable à tout autre sanctuaire qu’au ciel même, par la dignité de Celui qu’elle contient. C’est le Législateur lui-même qui est ici, et non plus simplement la table de pierre sur laquelle la Loi est gravée. Mais bientôt l’Arche vivante du Seigneur descend les degrés du Temple, et se dispose à partir pour Bethléem, où l’appellent d’autres oracles. Nous adorons, ô Emmanuel ! Tous vos pas à travers ce monde, et nous admirons avec quelle fidélité vous observez ce qui a été écrit de vous, afin que rien ne manque aux caractères dont vous devez être doué, ô Messie, pour être reconnu par votre peuple. Mais souvenez-vous que l’heure est près de sonner, que toutes choses se préparent pour votre Nativité, et venez nous sauver ; venez, afin d’être appelé non plus seulement Emmanuel, mais Jésus, c’est-à-dire Sauveur. »

roland courbis,carmat,snoopy et les peanuts,déchéance de la nationalité,taubira,avent,nativité,bethléem,emmanuel,noël

mardi, 22 décembre 2015

Thomas

Avec Thomas a débuté l’hiver,

Saint Thomas qui, ne pouvant croire en entendant,

Fut sommé, charmé, de croire en voyant,

Voyageur intégral nous souffle sa Légende.

 

Dans l’église où l’on attend Noël

Furent hier sa fête, sa messe, sa préface,

Et les jours vont pouvoir s’étendre et croître de nouveau,

Lui dont le nom signifie  « abîme » ou « séparation ».

 

Les jours vont s’étendre et nous finirons bien, nous aussi,

Par laisser là nos doutes tout en boule sur un rocher,

Nous finirons bien par abandonner le péché

Pour sortir de l’abîme et de la séparation

 

Pour marcher sur ses pas vers l’Orient de chaos,

Jusqu’à l’été brûlant vers quelle Inde à rebours,

Païenne aux dieux têtus à renverser sans cesse

Et qui sait quel destin au terme nous attend ?

 

« Va en toute sécurité  Car je serai ton gardien »

Lui promit le Christ alors qu’il se mettait en route

Pour chasser le démon, tapi dans des images.

« Mon Seigneur, lui dit-il, mon Seigneur et mon Dieu »

 thomas,solstice d'hiver,noël,foi,

Thomas vu par le Caravage

mercredi, 16 décembre 2015

Je suis romain

C’est à l’aversion de Charles Maurras pour Clémenceau, alors président du Conseil, qu’on doit toute l'intelligence de ce texte, « Je suis romain ». Clémenceau, qui venait de faire passer la loi sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, avait lancé son tonitruant et scolaire : « Serons-nous la France de Rome ou celle de la Révolution ? »  Le chef de l’Action Française y répliqua en soulignant la romanité intrinsèque au seul véritable nationalisme historique de la France.

L’actuel Premier Ministre – ou du moins ses conseillers en communication – puise, on le sait, sa rhétorique souvent binaire chez ce moustachu Clémenceau. Or je l’imaginais tout à l’heure vociférant à l’Assemblée, à la suite d'un énième attentat qui aurait conduit le pays à des débats inimaginables quelques décennies auparavant : « Serons-nous la France de l’Islam ou celle de la Révolution ? »

Une boutade ? A peine… Et je me demandais quel Maurras aurait alors le front suffisamment spirituel et la volonté suffisamment inflexible pour se lever et défendre notre vieille souche catholique face à ces deux Terreurs, par nos temps post modernes, brandies, et de jeter à la face des Bartolone et autres barbares démocratiques qui occupent le Palais Bourbon ce qu’il jeta alors à celle de Clémenceau :

Lire la suite

mardi, 15 décembre 2015

On ne redressera pas la France avec des réactionnaires

Tout à sa communication politique d’après-campagne, NKM  (Nathalie Kosciusko-Morizet) vient de lâcher une perle symptomatique des absurdités qui s’entendent un peu partout : « on ne redressera pas la France avec des réactionnaires !» Vouloir redresser la France, en effet, c’est admettre qu’elle s’est effondrée. Or les « réactionnaires » en question n’ayant jamais été au pouvoir, à qui la blonde hirsute attribue-t-elle l’effondrement ? A ceux là-même qui auraient selon elle la capacité de la redresser, bien sûr. Outre l’illogisme de cette proposition, le flou sémantique de la seconde : qu’entend-elle par réactionnaires ? Certes, le terme est à la mode dans les cercles bobos que la dame habituée à parler pour ne rien dire fréquente. Mais s’il avait du sens et un contenu lors de son apparition en 1794 pour désigner globalement les opposants à la Révolution Française, voire encore après la guerre contre la Prusse, les opposants à la République, quel corps de doctrine désigne-t-il réellement lorsqu’il est brandi avec mépris par des politiciens de son genre ?

Surtout lorsqu’elle oppose réactionnaire à visionnaire : de quelle vision chaotique  s’agit-il ?  Jusqu’où peut-on aller dans la dérégulation totale et le libéralisme absolu, l’abolition apparente de toute autorité et de toute hiérarchie et la création d’une caste dominante parfaitement, elle, réactionnaire, à moins de supprimer, après les frontières et la monnaie, après les bouleversements culturels, linguistiques, politiques et religieux infligés au peuple par cette  fameuse « ouverture à l’autre » qui insidieusement devient « déni de soi »,  la notion même de souveraineté nationale ? Un réactionnaire serait donc pour NKM un véritable défenseur de la souveraineté et de la culture françaises, souveraineté et culture qui se définiraient par un manque de vision, un aveuglement total…J’ai juste l’impression qu’entre Valls, Macron, NKM, et tant d’autres quadras/quinquas de leur acabit, bien malin qui distingue encore une ligne de partage. Preuve est faite qu’il faudra bien plus qu’une élection pour se débarrasser de tous ces Philaminte et ces Trissotin qui tiennent les rênes du pays, et continueront, comme leurs mentors parfois septuagénaires de la pseudo-élite, à le conduire dans le mur, sans un sursaut radical qui ne pourra forcément venir (s'il vient) que de là où plus personne ne l’attend.

nkm,Nathalie Kosciusko-Morizet,philaminte,trissotin,politique,france,culture,réactionnaires,

                                

dimanche, 13 décembre 2015

Un monde sans histoires

Nicolas Sarkozy s’était vanté un jour d’avoir sauvé la démocratie. Hollande, toujours un cran plus ridicule que son prédécesseur, vient de se vanter d’avoir sauvé la planète. Tous deux sont certains qu'ils laisseront leurs empreintes dans ce grand vide qu'est devenue notre Histoire, parce qu'ils auront apposé leur griffe au bas de traités dont plus personne, dans quelques années, ne se souviendra de la teneur.

Les français sont des veaux. Pire, sans doute, car cet animal aux yeux doux demeure relativement inoffensif. Pas leur cas. Des gens sans histoires...

Sincèrement, je ne comprends pas comment on peut encore voter socialiste. Sans doute existe-t-il chez ces électeurs une sorte de conditionnement à la mollesse et au conformisme qui les fera toujours basculer du côté du pouvoir en place et de dirigeants qui leur ressemblent. Par crainte. Par paresse. Par mimétisme...  Je n'arrive pas à croire que c'est par conviction. 

On peut donc trafiquer la carte électorale des régions sur un coin de table élyséen et trouver encore suffisamment d'électeurs endoctrinés pour en récupérer cinq, dans un pays sinistré par la morosité, l'impôt, la division, la propagande ? Cela m'échappe totalement. Vous savez, comme ces élèves qui sans cesse ré-écrivent les mêmes idioties, puis se retrouvent avec les mêmes appréciations, la même note, et passivement, recommencent, recommencent. Un mystère. Paieront toujours plus et plus d'impôts. S'habitueront aux alertes attentats après les alertes incendies. Au communautarisme insensé. Causeront laïcité et résistance en terrasses, devant des mendiants assis par terre de plus en plus nombreux. Feront des procès pour des mots, et des totems à la République. La société que continueront à bâtir pour nous tous ceux là seuls pour lesquels ils continuent de voter,  tels des somnambules. Pouah !

Pour conclure, la manière dont le pouvoir a enfermé l’opinion publique dans un dilemme (Moi ou la guerre civile), la docilité avec laquelle l’électeur basique y a répondu ont quelque chose d’inquiétant. Comme si les gens devenaient des rhinocéros. Car le dilemme en question était dépourvu à la fois de logique et de sens du réel.  La gauche républicaine aux affaires n’est bonne qu’à faire vivre les gens dans du fantasme : celui du vivre ensemble, celui de la courbe inversée, celui du chaos évité, celui de la planète sauvée… Comme le dit l'excellent Redonnet sur son blogue lointain, « la population préfère, et de très loin, un odieux mensonge qui la flatte à une vérité qui la blesse ».

 

20:25 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, république, élections régionales, culture | | |

samedi, 12 décembre 2015

Où conduisent les ritournelles...

S’il avait trois sous d’honneur, deux sous d’amour du pays, et un sou même d’estime de soi, cet homme devrait démissionner. Mais cet homme n’a rien de tout cela, ni dans le cœur, ni derrière le front, ni dans le ventre. Cet homme est froid. Il soupèse, calcule, attend. Le machiavélisme que certains de ses partisans lui reconnaissent, il le tire cependant d’un autre dont il tente d’être la pâle incarnation ; la bonhomie que d’autres lui prêtent, c’est du matériel pareillement emprunté. Et de ces deux modèles, cet homme sans personnalité tente de faire une synthèse : mais au spectre Mitterrand comme au clown Chirac, au moins leurs pires ennemis pouvaient-ils encore reconnaître une sorte d’originalité. A celui-ci, rien que de petit et de très veule. Il y a chez lui quelque chose d'irrémédiablement dégradé  : Comme toute copie, il tire sa seule force de n’être rien de lui-même.

La grande affaire de son quinquennat aura été le mariage des homosexuels ! Pour le reste, les faits parleront d’eux-mêmes : les chiffres désastreux du chômage, les impôts qui écrabouillent les classes moyennes, la montée de l’islamisme, cela en dit suffisamment long sur les effets de son discours et de sa politique. Lui et ses sbires n’auront été que des faiseurs de dangereuses ritournelles : après la ritournelle de la courbe qui doit s’inverser et celle du  vivre ensemble qui doit advenir, voici venir celle du spectre de la guerre civile avec des présidents de régions bleu Marine. On comprend que ce président médiocre soit pret à tout pour sauver son séjour à l’Elysée et celui de son aboyeur en imperméable à Matignon. Mais de là à avoir si peu d’arguments, que Moi ou le chaos….

Mais Daech comme lointain ennemi et le Front National comme repoussoir intérieur lui paraissent être sa seule chance de prolonger de cinq ans son règne absurde en 2017. Raide tel un figurant à contre emploi dans un costume à la fois de  chef de guerre et de résistance, à l’ombre du palais qu’il occupe, ce sombre individu à la théâtralité douteuse ne mesure cependant pas l’usure du discours démagogique sur lequel repose le pouvoir aussi épuisé que ridicule qu’il représente. Bien sûr, un politicien de la gamelle, déshonoré de surcroit, et qui ne comprend pas la France parce qu’il ne l’aime pas ne démissionnera jamais. Tel est bien là le drame du pays ! Il s’accrochera jusqu’au bout à l’état d’urgence et aux pouvoirs constitutionnels. Quitte à jeter le pays dans les pires désordres et le peuple dans les pires clivages.

Si dimanche soir, en effet, le Front national n’emporte aucune région, les commentateurs proclameront sur tous les écrans que la machine UMPS (la machine républicaine) aura bien fonctionné. Preuve sera administrée une fois encore que la démocratie est un leurre. Et que le système électoral, dont l'actuel président est l'ectoplasme incarné, n'a pas pour fonction de représenter les aspirations des électeurs, mais de confisquer leur parole et de remplir jusqu'à la prochaine les caisses des partis au pouvoir. 

Alors, pour se débarrasser du terne collaborateur de ce système à bout de souffle, celui-là même qui aura tant joué avec l’électeur sans jamais posséder la carrure de l’élu, il faudra sans doute que le pays ait recours à autre chose que l’élection, ce qui n’augure évidemment rien de bon pour la fin du mandat de ce très inquiétant et logorrhéen Moi président.

 

hollande,élysée,valls,matignon,le pen,élections,france,guerre civile,démagogie,république

Moi Président, Solko, mai 2012

vendredi, 11 décembre 2015

Pretres ou djihadistes ?

La société française dans son ensemble sera tout juste parvenue à susciter 120 vocations de prêtres (diocésains & religieux confondus) parmi sa valeureuse jeunesse en cette année 2015. Dans le même temps, elle en a  suscité 1700 de djihadistes. A chacun son idéal, n'est-ce pas ? Une comparaison qui se passe de commentaires quand on se souvient de ce qu’a été la France, son histoire millénaire et sa véritable civilisation.

Et qui réjouira évidemment tous les adeptes de gauche du multiculturalisme pourfendeurs de la race blanche, de l'homo festivus qui fait de la résistance aux terrasses des cafés, tous les militants du mariage gay et de l'égalitarisme à l'école tous crins, tous les adeptes de droite de la dérégularisation des marchés, de l’ouverture des frontières, de l'œcuménisme religieux, tous les adeptes de droite comme de gauche de la bonne vieille laïcité maçonnique qui serait la véritable et universelle identité du pays, et j'en passe...

PRETRES-ET-DJIHADISTES.gif

sources Figaro

12:57 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pretres, ordination, djihadistes, syrie, islam, laïcité, homo festivus, france, europe, race blanche | | |

mercredi, 09 décembre 2015

Porte sainte et sainte procession

Rome était hier au cœur du monde. Place saint-Pierre, tout d’abord, lorsque le pape François, l’air grave, ouvrit l’année sainte du Jubilé de la Miséricorde. Place d’Espagne, ensuite, devant la colonne fleurie de l’Immaculée Conception, lorsqu’il assista aux Litanies de la Sainte Vierge et prit le temps de bénir les nombreux malades rassemblés là. Il va comme le monde, le pape : Sa démarche est de plus en plus lourde. Il est objectivement de plus en plus las. Son sourire recèle quelque chose d'indéfiniment triste.

Non loin de François, Benoit, pape émérite, image frêle et saisissante de la vulnérabilité de la vieillesse, venu pénétrer la basilique saint Pierre à sa suite par la porte sainte tout juste ouverte. Deux papes, deux silhouettes, un peu comme les deux formes du rite, l’ordinaire et l’extraordinaire, témoins de l’époque schizophrénique qui fracture l’histoire commune dans laquelle nous voici plongés tous, quels que soient nos idées, nos goûts, nos besoins et nos désirs. Divisés devant l’Incarnation.

« Un mystère qui va au-delà de toutes les capacités de la raison » a dit François en évoquant l’Immaculée Conception. Au-delà de toutes les capacités de la folie également, suis-je tenté de rajouter. Car le catholicisme a fait de la longue histoire du péché des hommes et de sa rémission la colonne vertébrale de toute sa théologie. Une UNIQUE histoire que porta Marie, et qui nous plonge au cœur de son originalité, à l’endroit même où toutes les autres religions apparaissent bien fades et bien simplistes, avec le simple bonheur des individus pour but ou la seule paix du monde pour credo. « Dieu n’est pas Dieu de morts, mais de vivants », asséna le Christ au comble de son propre mystère, à propos de la Résurrection (Matthieu, XII, 32). 

Il y a ainsi dans le catholicisme et sa théologie du Péché & du Salut comme le fondement même de l’espèce humaine et de sa destinée, une trajectoire à la fois singulière et universelle, historique et éternelle, qui fait de lui à mes yeux non pas une religion parmi d’autres, mais au-delà même de toute religion, la seule Vérité qui fût acceptable à la fois par notre raison et par notre folie, parce qu’elle nous transporte bien au-delà des objectifs mesquins du politique ou du sociétal dans lesquels s’engluent irrémédiablement le pacifisme béat ou la violence intrinsèques à toutes les autres. Le Christ et le mystère de sa Venue demeurent à travers notre foi de Son temps et du nôtre, tel est aussi le mystère de l’Avent et celui de la miséricorde : telle est aussi la symbolique du franchissement de cette porte. Le bonheur, la paix viennent de surcroît...

immaculée conception,8 décembre,jubilé de la miséricorde,pape françois,rome,place saint pierre,place d'espagne,catholicisme,miséricorde,procession,lyonL'Immaculée Conception est une fête aussi dans la capitale des Gaules, que l'actualité récente a rendue à sa dimension religieuse. Il faut bien avouer que l
a façade de la primatiale Saint-Jean n’est jamais si belle que lorsqu’elle n’est livrée qu’à l'éclat de sa seule pierre, comme ce fut le cas hier soir, en l’absence de la folie technologique qui la recouvre de pied en cap chaque 8 décembre depuis une quinzaine d’années. Loin des Lumières, Lyon a donc retrouvé ses Illuminations, sa propre fête. Et les Lyonnais que j’ai croisés avaient l’air heureux de déambuler en grappes sur le pavé, de boire du vin chaud en discutant entre amis, sans se voir infligés la foule des touristes béats devant des façades platement colorées, ni surtout cette sinistre musique d'accompagnement de ces piétinements oppressants. Une fête enfin redimensionnée à sa juste échelle, en phase surtout avec la tradition mariale qui est à son origine.

Du coup, j'ai pu sortir de chez moi, ce que j'évitais de faire depuis pas mal d'années. Beaucoup de monde pour la procession jusqu’à Fourvière, sous la présidence du cardinal Barbarin. Derrière la bannière Merci Marie, la montée du Chemin-Neuf et la rue de l’Antiquaille étaient emplies de flambeaux et de chants, de pèlerins méditant en marchant les Mystères joyeux du rosaire. Trop habitué à les réciter seul, ces mystères, ou dans des églises presque désertes, je me suis senti agréablement surpris d'être soudain entouré de tant de monde reprenant même en latin le Gloria Patri. Une présence discrète de policiers et de militaires, jusque sur le parvis de Fourvière. L'air du temps, auquel tout le monde s'habitue. 

Puis une messe en l'église saint-Georges selon la forme extraordinaire du rite romain, comme on dit, c'est-à-dire en latin et en grégorien. Vers vingt-deux heures, un pavé humide et des badauds tranquilles et détendus, un 8 décembre comme je n'en avais plus connu depuis longtemps...

 

mardi, 08 décembre 2015

Jours de grande tambouille

Pitoyable. On se demande jusqu'où il peut aller dans le double discours, à entendre Valls en véritable chef de secte appeler à voter Estrosi dans le Sud ou pire encore, contre le candidat de son propre camp dans l’Est. « Il faut être digne » clame-t-il en conseillant aux militants de ce dernier de bouffer leur culotte, offrant à la France entière une image digne des pires républiques bananières, au monde entier le spectacle sans équivoque de ce qu’est véritablement cette gauche républicaine tristement aux affaires.

Plus inquiétante, la ministre de l’Education Nationale, qui demeura la semaine dernière dans un silence de plomb (comme d’ailleurs toute son administration) alors qu’une fatwa contre tous les professeurs était lancée par Daesh pas moins de quinze jours après les attentats de Paris, et qui intervient à présent, la bouche en coin, pour dénoncer le risque qu’une élection d’une présidente de région ( on en oublie le combat féministe pour le coup) ferait courir aux repas de cantine dans les lycées… Au-delà de leur cynisme de politicien professionnel, ces gens sont-ils irresponsables ? Je finis par me le demander.

Ridicule telle une grosse bourgeoise outragée cette responsable du SNES, le syndicat de cogestion de l’éducation nationale, expliquant que ses ouailles seraient, tout comme les chefs d’établissement, fort incommodés de siéger en conseil d’administration avec « ces gens » comme si elle parlait de je ne sais quoi. Les anti-discriminants de tous poils sont à l’œuvre,  aux yeux de tous la gauche est nue, mais tous ont-ils encore des yeux pour voir, des oreilles pour entendre ?

Carrément comique, enfin, sur un autre registre, Apolline de Malherbe, « chroniqueuse politique sur BFM », expliquant que cela ne sert à rien de voter Marine Le Pen puisque de toute façon le conseil général qu’elle présiderait en cas de victoire n’aurait « aucun moyen et aucun pouvoir pour appliquer son programme », le pouvoir régional n’étant que symbolique (c’est le terme utilisé) : mais alors dépêchons-nous de supprimer ces structures à l'en croire purement symboliques, de grâce, ces régions prédécoupées en catimini à l'Elysée, et cessons d’entretenir cette caste d’élus foisonnants s’ils ne servent à rien, qu’à générer de l’impôt et occuper vainement les écrans…

Restent les artistes : ah, les artistes ! Carrément pathétique, le chti d’Armentières milliardaire : Dany Boon, quitte sa résidence de Londres pour faire la leçon aux chômeurs d’Henin Beaumont, du haut de sa posture d’intellectuel de comptoir. Vous imaginez Bourvil entrant dans le débat politique au nom de son succès dans La Grande Vadrouille, pour expliquer aux électeurs comment ils doivent se comporter dans La Grande Tambouille ?  Songer que ce spectacle lamentable est diffusé dans le monde entier, vu de tous, la France d'aujourd'hui n'est-ce donc plus que cela ? Manuel Valls, Najat-Vallaud-Belkacem, Apolline de Malherbe et Dany Boom, en vaillants résistants aux forces de la haine, pendant que les vrais nazis rigolent et se demandent où il frapperont la prochaine fois ! Quel dégoût !

Le mérite du front national dans cette affaire est vraiment, une fois de plus, de jeter pleine lumière sur le cul du Roi quand il est nu. Et ils ne sont pas beaux à voir, tous ceux qui s’affairent autour de son orifice pour conserver trois miettes de privilèges. Évidemment, si demeurent trois sous de bon sens à l'électeur, ces manœuvres grossières devraient être contre-productives dimanche prochain. Mais toutes ces gesticulations ne sont pas de très bon augure pour les mois à venir, à passer sous un état de siège qui confère quasiment tous les droits à un président sombre, narcissique et pervers, qui ne voit même plus le trou de l'urne, tant il est obnubilé par les flashes...

Régionales,politique,france,Le Pen,estrosi,richert,masseret,front républicain,sens,école,attentat,Hénin-beaumont,laripon maréchal le pen,bleu Marine,Manuel Valls,Najat-Vallaud-Belkacem, ,Apolline de Malherbe,Dany Boom

ça rigole plus chez les Chtis