Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 octobre 2020

En Sorbonne, ce soir

Malaise, durant cet éloge de la République et de la liberté devant le cercueil d'un "citoyen" décapité, devant ces gardes masqués, ce public silencieux et bâillonné.
Contraste entre la solennité du site, la beauté de cette cour séculaire et le dérisoire, la stupidité de ces caricatures.
Contraste entre le souci, presque incongru, de réhabiliter le mot "professeur" sur le sobriquet "prof, et le texte en anglais de la chanson de Bono.
Contraste entre la barbarie, la cruauté, la solitude de cette mort et la volonté de ce président de marquer un tournant de son quinquennat et de rebondir dans "l'opinion"
Ce président qui, dans chacun de ses récents discours, évoque l'existentialisme... L'existentialisme ?
Un existentialiste croit-il à la Rédemption ?
Tous les ressorts de l'émotion, ce président acteur les maîtrise. On lui fera juste remarquer que la rédemption n'existe pas en République. Et que l'action politique réelle ne souffre ni le "en même temps" ni la sacralité de façade, même si, en République, précisément, le retournement de veste demeure une tradition.
 

discours-emmanuel-macron-sorbonne-hommage-national-a-samuel-paty-744aa2-0@1x.jpeg

21:27 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.