Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 10 janvier 2021

Décidément, cette fameuse liberté d'expression ...

Emmanuel Macron vint il y a peu défendre 'la liberté d'expression" de manière grandiloquente dans la Cour de la Sorbonne. Cette dernière a connu bien des pantomimes  carnavalesques depuis sa fondation au XIIIe siècle, mais n'a jamais vu un dirigeant de la France réduire la culture française d'une manière quelque peu galimatieuse dans le contexte dramatique de ce moment, au simple droit au blasphème : "Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent." La culture française se réduirait-elle à ça, d'après cet homme à courte vue ? Avoir le droit d'insulter une religion au nom d'un principe laïc réduit à l'insulte et à la haine de l'autre ? 
 
Non, bien sûr ! Souvenons-nous que ce gaillard arrogant, soumis à ceux à qui il doit sa carrière, a affirmé en meeting à Lyon qu' il n'y a pas une culture française, mais qu'il y a une culture en France et qu'elle est diverse. Macron n'est qu'un concentré de Tartuffe et de Trissotin, et son règne n'est qu'un carnaval.
 
Donald Trump, lui, en parla à la tribune de l'ONU, en 2019, avec un souci plus manifeste de l'étendre à l'expression de la libre opinion : “Une société libre ne peut permettre aux géants des médias sociaux de faire taire la voix du peuple”
 
Les gens qui ont les yeux ouverts et que l'idéologie n'aveugle pas peuvent en toute liberté d'esprit juger de quel côté se trouve la caricature : Trump ou Macron ?
 
On dirait que le président français, qui soutint les Démocrates américains et leur candidat du sous-sol au point de faire des leçons à la planète entière en pleine nuit durant le grand show du Capitole, a du mal à envisager la libre parole comme autre chose qu'une caricature de la parole : c'est d'ailleurs ce qu'il a soutenu dans son discours ridicule au "professeur" à propos du droit à la caricature. Ce type, Macron, n'est qu'une caricature. Quel appauvrissement général, que ce mandat présidentiel que nous traversons... Et dans ce monde où le vrai n'est qu'un moment du faux, et la réalité sans cesse inversée, celui que tout le monde traite de pitre parle de bon sens. Ecoutez-le :
 

14:04 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trump, macron, capitole | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.