Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 décembre 2014

Arrêtons de stigmatiser les désequilibrés

En novlangue, un terroriste islamiste est aujourd’hui un « déséquilibré inspiré par des messages sur Internet » ou un « fou furieux dont personne dans son entourage n’aurait pu imaginer qu’il se radicalise à ce point ».  Il faudrait tout de même cesser de prendre les gens pour des imbéciles, et aussi cesser de stigmatiser les déséquilibrés, ils ne font de mal à personne. Sauf quand ils sont au gouvernement.

D'après les déséquilibrés qui nous gouvernent, donc, il n’y a pas d’appel à la guerre civile, mais plus simplement des « menaces sur la France ». Diantre.  D'après eux, un type en djellaba criant Allah Akbar et fauchant volontairement 11 piétons, ça n’a rien à voir avec l’Islam, mais c’est « un acte isolé de loup solitaire ». C’est une « voiture folle », pas un acte de guerre; C'est un acte marginal, un coup de blues ou un pétage de plomb, et cela n'a rien à voir avec le Jihad. Les motivations de ces gens, nous dit-on, sont floues. Dans n'importe quel pays, on parlerait d'attentat, dans la France socialiste où on a perdu l'habitude de nommer un chat un chat depuis des lustres, on dit que ce n'est rien de significatif. Quant aux  réseaux d’Al-Qaïda prêts à frapper la France, pour les Valls, Cazeneuve, Hollande et consorts, ce ne sont que des errances d'enfants perdus de la République (et perdus pas la faute de son école), l’Islam et ses prédicateurs n’y sont pour rien. « Faites exploser la France » « Tapez où vous êtes », « Prenez exemple sur Merah » ne sont que des slogans hyperboliques, en aucun cas des cris de guerre. Pour ces lâches et ces faux-culs, c’est évidemment Eric Zemmour qui est « porteur de haine », c’est la menace Zemmour qu’il faut prendre au sérieux,  car sans ses provocations ignobles dans les medias, il n’y aurait eu ni Dijon ni Joué les Tours. D'ailleurs il ne s'est rien passé à Dijon ni à Joué les Tours.

 

dijon,zemmour,joué les tours

Le pingouin pendant ce temps là ? Il fait son Giscard, plus impuissant que jamais. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes : la désinformation, la censure, les amalgames, l'acculturation, la démagogie, le chômage, la dette, la France de Hollande est une France surréaliste qui ne ressemble plus à la France, à deux ans encore de la fin du mandat... Et si elle va mal, écoutez-les bien, c'est la faute aux déséquilibrés que nous sommes, qui ne savons plus vivre ensemble.

00:06 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dijon, zemmour, joué les tours | | |

jeudi, 18 décembre 2014

La dévotion à la fête

"L'homme ou la femme moderne, éclairé, émancipé, se révèle , lorsqu'on y regarde de près, n'être qu'un consommateur beaucoup moins souverain qu'on ne le croit. Loin d'assister à la démocratisation de la culture, nous sommes plutôt les témoins de son assimilation totale aux exigences du marché. 

La confusion entre la démocratie et la libre circulation des biens de consommation est devenue si profonde que les critiques formulées contre cette industrialisation de la culture sont désormais automatiquement rejetées comme critiques de la démocratie  elle-même, tandis que, d'un autre côté, la culture de masse en vient à être défendue au nom de l'idée qu'elle permet à chacun d'accéder à un éventail de choix jadis réservés aux riches. En réalité, le marketing de masse  - dans la vie culturelle comme dans tout autre domaine - réduit l'éventail même des choix proposés aux consommateurs..."

Christopher Lasch, Culture de masse ou culture populaire, Climats, 2001

CAM00142.jpg

Lyon, Vue du 9 décembre 2014, en guise de dévotion à la fête

07:05 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : christopher lasch, démocratie, fête, consommation, détrits | | |

dimanche, 14 décembre 2014

A quoi sert Fleur Pellerin ?

De Fleur Pellerin, je n’attends rien. Je rigole juste de constater qu’elle possède, comme tous les socialistes qui jouent double voire triple jeu, l’art de s’enfoncer dans la m… dès qu’elle a posé un talon dedans ; personne ne lui demandait, en effet, de revenir sur sa bourde déjà ancienne dans l’affaire  Modiano. Piquée au vif dans son ego, la jeune inculte y est pourtant revenue. «Un ministre, en 2014 ou en 2015, n'est pas quelqu'un qui est payé pour lire des livres chez soi.» Ah ? Connaît-elle beaucoup de gens payés pour ça ? Curieuse conception de la lecture, curieux aveu aussi, qui postule que lire n’a de raison d’être que si on est rémunéré. L'argent, au coeur de nos soucis... Quand je contemple ma bibliothèque, je me dis que j’ai davantage payé qu’on m’aura payé pour lire. Cela soulève d’ailleurs une autre question : à part écumer les plateaux télé, à  quoi est payée Fleur Pellerin ? A quoi sert Fleur Pellerin ?  Avec de tels propos, la gauche touche évidemment le fond, bien plus qu’avec l’affaire Macron, le bon élève de la classe maquée avec sa prof de français. Cette gauche qui avait tout renié, tout sali, ne lui manquait plus que mépriser la lecture. La prétendue ministre, pour excuser son inculture, ne trouve d’autre argument que la référence aux temps présents, qui seraient la clé de tout parce que tout serait mieux à présent. « En 2014 ou en 2015… », dit-elle, fière d’être bête. Oui, le monde a changé, c’est peu de le dire.

Je me souviens du sentiment ambigu qui fut le mien lorsque j’achetai, il y a longtemps, l’anthologie française concoctée par Pompidou. J’étais jeune. Entre président et poésie, bien que les mots  eussent la même lettre à leur début, une incompatibilité d’humeur et de propos, pour le moins (1) Elle doit dormir au fond d’un de ces rayons juste à côté de moi. Mais de fait, quand je compare Hollande et Pompidou, quand je vois cette inélégance, cette non-éloquence, ce narcissisme et l’insipidité de  ces éléments de langage ânonnés inlassablement dans sa morne bouche, j’ai presque peur. C’est le pingouin qui nomma Pellerin. Ni Pompidou, ni Mitterrand, ni même Sarkozy ne s’y seraient risqués, assurément.

Quitte à voter se disait sans doute le populo de jadis, autant voter pour des gens cultivés. Mais il est vrai que ça ne court plus les couloirs des partis. Cela expliquerait-il les chiffres himalayens de l'abstention ?

 

france,fleur pellerin,culture,lecture,société,pompidou.

 

(1) Sur ce rapport entre poésie et politique, voici l'extrait d'un texte de Georges Pompidou lu le lundi 28 avril 1969 par Jacques Toja, lors d’une soirée poétique de la Comédie-Française. Certes, cela sent son normalien. Son intérêt principal n'est pas dans le contenu, mais dans ce qu'il donne à entendre de l'évolution de ces trente dernières années en matière d'appauvrissement culturel, pour parler comme l'institution.

« Poètes et politiques doivent avoir la connaissance intuitive et profonde des hommes, de leurs sentiments, de leurs besoins, de leurs aspirations. Mais, tandis que les poètes les traduisent avec plus ou moins de talent, les politiques cherchent à les satisfaire avec plus ou moins de bonheur.

Poètes et politiques doivent être guidés par une conception du sens de la vie et, j’ose dire, un besoin idéal. Mais les poètes l’expriment et les politiques cherchent à l’atteindre. Pour les poètes, c’est trop évident. Mais quand Alexandre part de Macédoine pour aller jusqu’aux confins de l’Euphrate, de l’Oxus et de l’Indus et mourir enfin Babylone, qu’est-ce qui le guide, sinon une vison poétique de son propre destin? Quand Napoléon est pris à son tour du mirage oriental quand il déclare : «Je ne vis jamais que dans deux ans» ou : «J’ai fait mes plans avec les rêves de mes soldats endormis», qu’est-il, sinon un poète qui se sert des hommes et de l’action pour réaliser un songe?

J’entends bien qu’il n’y a pas que des Alexandre et des Napoléon, et certains diraient volontiers «Heureusement». Il n’en reste pas moins que ce sont ceux-là qui vivent longtemps dans l’imagination des hommes, et qui, d’ailleurs, inspirent les poètes. Et puis, bien sûr, il y a de piètres politiciens. Mais que de mauvais poètes aussi ! » 

 

 

 

 

22:11 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : france, fleur pellerin, culture, lecture, société, pompidou. | | |

dimanche, 07 décembre 2014

Tuer le pays

Week end héroïque, de travail et de concentration, au milieu du bordel ambiant. Derniers travaux de relecture des romans qui sortiront en janvier, dernières retouches ponctuelles. Chasse à l’accent, à l’espace manquante ou de trop, au terme qui ne serait pas le plus propre, à la préposition qui ne serait pas la plus juste.

Suis sorti pour acheter un dessert chez un Arabe, spectacle étonnant dehors : au milieu des merguez, des touristes munis de plans à la recherche de telle ou telle attraction…  pas d’un monument, d’une statue, d’une plaque commémorative, d’une adresse, non… De quelque chose qui n’existera plus dans deux jours, des rayons projetés sur un mur, sont venus du lointain, du bout du monde disent certains,  pour voir ça, déroutant !  Quitteront la ville sans savoir qui est  Nizier,  Maurice Scève, Lemot, Mourguet…  N’auront vu que du feu, comme dit le sage proverbe. Tant pis pour eux. Amoureux de leur temps,  réduits à eux-mêmes. Méritent que ça.

 

Sans-titre---1.gif

Voilà ce qui vrombit derrière les doubles rideaux tirés, voilà. Spectacle cheap, en boucle. Low cost pour le moins. Bande son d'un quart d'heure en boucle durant 6 heures de suite jusqu'à une heure du matin, moche, cheap. Photos cheap également, ça mérite pas mieux, prises à la volée de ma fenêtre avant de tout barricader à nouveau.

Une musique bâclée, des va-et vient de projos dans le ciel, effet lanterne-magIque, dévorante Maya,  devant  laquelle se pâment des gens de tous âges, pigeons, chats, et chiens en fuite. Et les arbres ? que ressentent-ils de ces insanes trépidations sous l’ocelle de leur écorce, et jusque dans la terre souillée dont ils ne peuvent s'enfuir ? Me demande… Les arbres, infiniment plus sages que tous ces zombies émerveillés du vide. Honte d'être de cette race.

Un matin du 8 décembre, ma grand-mère a rendu son dernier soupir dans un hôpital aujourd’hui rasé, celui dans lequel j’étais né. Me souviens avoir pensé qu’elle était defuntée en vraie Lyonnaise, tant le 8 décembre et ses Illuminations – pas la merde pour laquelle la face de rat de maire se réjouit à l’Hôtel-de-ville d’attirer tant de monde – sont liés à l’âme lyonnaise.  Elle est morte à l’aube et j’étais venu  - la sachant condamnée depuis la veille – dès l’ouverture de l’hôpital après une nuit à marcher dans les rues du centre illuminées. On venait de porter son corps au dépôt – dans lequel j’ai travaillé quelques mois par la suite –. Ses pieds étaient si gonflés qu’on n’avait pu lui enfiler ses chaussures. Ma grand-mère est partie en pantoufles. Elle était couturière à domicile et les avait tant portées en cousant, sans doute était-ce dans l’ordre des choses.

 

gerard collomb,socialisme,gauche,fête,illuminations,fête des lumières,lyon,8décembre,hopital saint-joseph

J’étais loin alors d’imaginer que le 8 décembre allait mourir bientôt aussi, avec l’arrivée au pouvoir de ces technophiles incultes et fascisants, haineux de leur pays au point de le défigurer, le tuer après l’avoir précipité dans la crise, oui, rien de moins. Le tuer.

vendredi, 05 décembre 2014

La dé-fête de la lumière

En ce début décembre, comme chaque année, les Lyonnais véritablement sensés ferment leurs volets, tirent leurs tentures et se terrent chez eux en maudissant leur maire. (1) A grands frais bat au-dehors la fête maçonnique dite des Lumières, laquelle par sa démesure, sa techno, son ingérence dans la moindre petite place et la plus humble impasse tente de rivaliser avec le lumignon de la tradition posé sur le rebord de la fenêtre en hommage à la Vierge. (2)

Lorsque j’ai vu arriver les ouvriers hier après midi, qui ont installé des baffles et les projos sur cette malheureuse place C... devenue ( comme beaucoup de sites urbains) à peu de frais une sorte de salle municipale gratos où déployer au fil de l’an et à bon compte les festivités les plus débilitantes, j’ai pris mon téléphone. Un employé courtois m’a indiqué dans quel service des festivités je pouvais manifester mon courroux et ma réprobation face à cette mainmise de cette fête prétendument traditionnelle sur le quotidien des gens comme vous et moi, l’irrespect de la municipalité à l’égard de ses administrés, et la propagande pour un type de manifestation artistique pour le moins discutable qui entérine la défaite de la véritable lumière, celle de l’intelligence et de l’esprit. L'événement prend tout en charge, même ses détracteurs, et dirige les pas de chaque quidam vers le service de neutralisation intellectuelle qui lui convient...

 

A cette heure, et pour encore quatre longues soirées, une musique techno-gothique aussi grave et satanique qu’assourdissante retentit dans tous les immeubles et les cours intérieures de la place, tandis que des rayons multicolores la balaie en tous sens avant de venir mourir dans les salons des riverains, qu’un nouveau-né y dorme, qu’un vieillard y agonise ou qu'un type normal tente de se reposer de sa journée de travail. Les promeneurs somnambuliques et passifs jusqu'à l'insomnie ont commencé à errer par les rues, consommateurs hébétés de je ne sais quelle quelle émotion esthétique. Vu de haut et de loin, ça ressemble à une vision de l’Enfer bruegélien, les derniers pas avant l’Apocalypse

lyoin,fête des lumières,

Le commerce est juteux, l'abrutissement des foules bien avancé, le triomphe de la techno-lumière et du techno-son bien implantés dans les esprits passifs, et l'entreprise de marée noire, grâce à la propagande massive, trouve sans doute aujourd'hui plus de défenseurs que de détracteurs puisque, comme chaque année, on attend paraît-il des millions de touristes, venus assister à l'agonie de la vieille ville qui sous ses toits se cabre et se replie. De Lyon, ces pauvres gens ne connaîtront donc que cette image quelconque, uniforme et abrutissante, aussi éloignée dans le temps que l'électricité l'est de la lumière du couchant qui donna son nom à la ville (Lux, lucis), aussi éloignée de toute vraie ferveur que toutes ces projections lumineuses sans aucun intérêt le sont de Pothin, Bonaventure et Nizier, de qui les églises qu'ils visitent portent pourtant la dédicace...

1 : Gérard Collomb, dans le genre "j'ai rien dans le cigare et je veux le dire à la terre entière" :

lyon,fête des lumières,bruegel,technologie,france,8décembre,apocalypse

2: Entre autre délire et propagande, j'ai entendu une journaliste affirmer sur BFM tout à l'heure que cette fête avait une origine médiévale....

lundi, 01 décembre 2014

Professionnel

Ce qu'on appelle un professionnel de nos jours, que ce soit un prof, un écrivain, un journaliste, un industriel, un commercial, un politique, un footballeur, un artiste (mot particulièrement hideux), un médecin, un militaire, un banquier, un humoriste, un cosmonaute, un pape, et la liste pourrait encore s'égrener au fil d'une rabelaisienne énumération, ce qu'on appelle un professionnel, c'est juste quelqu'un de normé, d'adapté à l'entreprise ou à l'institution, de commercialisable dans tous les sens du terme, de pas dérangeant. Voilà ce que c'est un professionnel. D'où cet expression, être professionnel, qui ne signifie plus être doué, compétent, spontané, original, ni même talentueux, mais juste lisse à souhait, corvéable à merci, remplaçable au pied levé. Les cimetières sont remplis de gens professionnels...

De ce point de vue là, on peut très cyniquement imaginer des professionnels du chômage ou de la mendicité, des professionnels du braquage ou de la prostitution, des professionnels de la magouille ou de la tromperie. Un professionnel, c'est tout simplement quelqu'un qui ne propage aucun élément de subversion en lui, qui en ce sens ne dérape jamais, un flexible qui effectue les basses œuvres sans rechigner, un polyvalent par ailleurs, capable d'exercer tous les métiers et tous les arts. On reconnaît ainsi un véritable professionnel à ce qu'il tient du fonctionnaire et du cyborg à la fois, formé, dressé, normé, globalisé, c'est à dire, dans le novlangue en cours, passionné et désintéressé, disponible et citoyen, épris de l'intérêt public, sensible à l'égalité des chances comme à la parité des sexes et surtout non rétif à l'impôt parce que socialisé dès le plus jeune âge, bon électeur parce que bien éduqué, etc, etc, etc...

 

cyborg.jpg

 

Chômeur à la recherche d'un emploi

 

02:48 Publié dans Lieux communs | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : chômage, socialisme, france, professionnel | | |

samedi, 29 novembre 2014

Le croupion

Lorsque j’étais gosse, je me demandais toujours pourquoi ma grand-mère préférait le croupion. Dans les repas de famille, elle laissait toujours ses enfants et petits-enfants profiter (comme elle disait) de l’aile ou de la cuisse – morceaux plutôt masculins –, ou du tendre blanc arrosé de son jus, partant, plus féminin.

Elle, c’était le croupion ! L’un de mes oncles m’affirma un jour, de façon quelque peu péremptoire que c’était à cause de ses dents manquantes. Je ne sus qu’en penser. J’ai toujours été persuadé qu’il existait une raison plus sainte et souterraine à la fois, qui faisait de ma grand mère la souche de l'arbre bizarroïde, et qui explique que depuis son décès, ce qui restait de famille se disloqua tout à fait. 

1024px-Sot-l-y-laisse2.jpg

14:02 Publié dans Des nouvelles et des romans, Des poèmes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature, famille, souvenir | | |