dimanche, 11 mai 2014

Nuel, Houdaer, bref et fictif Réel

Jean Jacques Nuel  a connu le temps des « menus larcins », et le raconte dans Le Mouton Noir, un recueil de textes courts publié chez Passage d’Encres. Il m’en cause un peu autour d’une bière dans un café de la rue Aimé Boussange à la Croix-Rousse. Le Mouton Noir, c’est le texte liminaire, celui-ci qui donne la clé (et le titre aussi) du bref recueil. Nuel s’y dépeint  naguère  également rejeté, et par les poètes et par les prosateurs, devenu fervent amateur de textes courts. A un moment, la conversation tourne autour du catholicisme, et il me parle de sa lecture de Jouhandeau. Même si ça ne saute pas aux yeux de prime abord, je me dis qu’il doit y avoir un lointain rapport de filiation entre les paragraphes mordants de Chaminadour et les siens, vifs et pince-sans-rire.

Une sorte de posture à mi chemin entre Réel et fiction, une technique de croquis qui hésite entre personne et personnage. A la page 24 du recueil, par exemple, Nuel raconte qu'il retrouve un de ses copains, Houdaer, en train d’écrire dans un café de la Guillotière nommé Court-Circuit un poème nommé Court-Circuit, et qu'au lieu de se retrouver dans un café, ils ont failli se retrouver dans une fiction. C’est d'ailleurs un trait commun entre les deux, cette envie instinctive de faire se joindre ce qui se passe et ce qui s'écrit, à la crête de leurs brèves lignes.

Ne se souvient-on pas que Nuel a édité Houdaer, l’an passé ? Enfin pas lui, mais son recueil Fire Notice, dans lequel il est question de ne pas imposer sa vision du monde, mais plutôt des effets de surprises. Et c’est marrant (en guise de surprise) parce que le lendemain même de ma rencontre avec Nuel, je tombe nez à nez à la sortie du Carrefour City de la rue du Mail sur Houdaer. Toujours à la Croix-Rousse, mon fief de plus en plus. Il est pressé, moi aussi, mais on se promet de se revoir un de ces jours. L’art du bref, dans toute sa curieuse véracité. Avec tout ça, je ne sais plus bien si j'étais en train de lire une page de Nuel ou bien  d'Houdaer. C'est pour ça que je parle des deux.

nuel,houdaer,littérautre,textes brefs,jouhandeau,croix-rousse,lyin

Nuel et Houdaer à un cabaret poétique du Périscope

A lire 

Le Mouton Noir, Jean-Jacques Nuel, Passage d'encres. Son blog, L'Annexe, ICI

Fire Notice, Frédérick Houdaer, Le pont du Change. Son blog, Branloire Perenne, ICI

samedi, 10 mai 2014

Le cercle vicieux du pouvoir

Ceux qui croient en une évolution de l'homme et un progrès moral possibles, ceux qui voient dans le politique et la démocratie une échappée à la misère de l'homme peuvent méditer sur ces quelques lignes de Tolstoï, couchées sur son Journal, le 10 février 1906. Il y décrit avec une belle lucidité la formation progressive de ce qu'il nomme le cercle vicieux du pouvoir. J'ai placé entre guillemets les citations exactes de Tolstoï et résumé par ailleurs les étapes intermédiaires de son raisonnement. La situation dans laquelle nous nous trouvons ressemble, de fait, à celle où se trouvaient les hommes de ce temps, les moyens de propagande par mass-médias et les avancées technologiques de ces dernières décennies en moins.

tolstoi1.jpg

Les hommes délèguent le pouvoir à ceux qui se chargent de les gouverner  pour « n’être pas enlevés à leurs affaires et ne pas être contraints, à l’encontre des exigences de leur vie spirituelle, à participer aux dispositions de l’autorité ». Autrement dit, ils délèguent le pouvoir à d’autres par une sorte de souci  de confort, à la fois matériel et spirituel.

« Les hommes investis du pouvoir l’utilisent non pas pour ce en vue de quoi il leur a été donné, non pas pour arranger les affaires communes, mais ils l’utilisent pour leurs propres buts, cupides, ambitieux, et cela se répète partout où il y a un pouvoir, du maire et du sergent de police aux rois et aux empereurs.»

Dès lors, les assujettis se soulèvent (révolutions), le pouvoir est alors remplacé par un autre.

Et lorsque la situation se répète trop souvent, les assujettis «s’efforcent de limiter le pouvoir à un petit nombre de gens, ce qui crée une oligarchie», mais ne change rien à la situation.

Alors les assujettis s’efforcent de limiter aussi ceux qui limitent le pouvoir suprême, « et s’instaure une Constitution qui est de plus en plus celle de tout le peuple, démocratique »

« Mais pour que les assujettis puissent réellement limiter ceux qui gouvernent par l’organisation d’élections ; de protestations, il est nécessaire que les assujettis s’occupent constamment et activement de ces moyens de limitation du pouvoir. Or s’occuper de ces moyens de limitation prive les assujettis de la liberté, du loisir de s’occuper de leurs affaires et les entraîne dans la participation au pouvoir, c’est-à dire dans cela même pour quoi les hommes ont renoncé au pouvoir et l’ont remis à d’autres. Il s’ensuit un cercle vicieux : Le seul moyen de limiter le pouvoir est la participation au pouvoir.

Mais la situation durant tout le processus historique qui vient de se dérouler s’est considérablement dégradée : les assujettis qui participent au pouvoir se trouvent en présence «non plus de simples problèmes d’organisations sociales, mais de complications les plus variées» Apparaissent des dettes insolvables contractées antérieurement, apparaissent d’énormes richesses constituées durant l’activité du pouvoir et grâce à lui, et la misère de classes entières, causée elle aussi par les actes de ce pouvoir.

La difficulté de résoudre ces problèmes, pour les hommes de la nouvelle époque qui participent au pouvoir «réside dans le fait que la conscience morale et religieuse – les idéaux des hommes de la nouvelle époque – sont entièrement autres que ceux au nom desquels se perpétraient ces actes, ces embarras dont les hommes de notre temps doivent prendre part.»

19:29 Publié dans Des nuits et des jours... | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tolstoï, pouvoir, politique, europe, russie, littérature | | |

vendredi, 09 mai 2014

Tutoyer Merkel

Je n’y peux rien, depuis le commencement je trouve cet homme ridicule, ceux que ça énerve ne sont pas forcés de lire ce billet. Le tutoiement appuyé à Angela Merkel, cela pue son conseiller de Corrèze parvenu, c’est grossier, laid, comme l’accolade au pape, ce type n’a aucune classe, aucune tenue, aucune distinction, c’est la vulgarité de l’épicier qui rote en fin de repas, faite président. Rien à voir avec la culture française et sa représentation, rien, ou alors celle, ironique, du beauf. Tutoyer Merkel  (parce que c'est toi cet idiot paraphraserait-il Montaigne ?) après l'avoir durant sa campagne traitée de tous les noms. Ce Hollande, oh ! s’en débarrasser au plus vite !

Au moment où l’armée ukrainienne tire sur les insurgés pro-russes et provoque la mort de  20 personnes, tout ce que les chaines de télé françaises trouvent à raconter, c’est que les parades militaires devant Poutine en Crimée tiennent de la puissance du patriotisme retrouvé et de la pure provocation. Evidemment, Hollande aux Champs Elysées, c’est les sifflets assurés, les quolibets ou pire, les rues désertées ! Il en rêverait sans doute, le pauvre pingouin, d’une telle revue militaire ! Le pauvre homme, dirait la Toinette du Malade Imaginaire ! Le pauvre homme, doit penser Angela. Mais quel enfumage !

Obama, quant à lui, déclare que la venue de Poutine en Crimée« cela exacerbe les passions ». 20 morts à Mariupol, tirés comme des lapins, ça ne les exacerbe pas, les passions ? J’imagine les commentateurs si c’était l’œuvre du gouvernement syrien plutôt qu’ukrainien…. Pas un mot, à côté de cela, sur la veulerie du traité transatlantique qui signe l'arrêt de mort des nations libres : rester dans l’Europe, mais  c’est la fin de l'l’Histoire, au sens où Francis Fukuyama le théorisa un jour, et c’est rentrer dans la guerre, tout au contraire de ce que dit l’épicier-président. Votons aux extrêmes, évidemment, droite ou gauche selon nos sensibilités, ne laissons pas les débats être confisqués par ce mensonge vertueux incarné par la zone euro. Nous savons déjà qu'aucune élection européenne n’aura receler tant d’enjeux, que celle qui approche…

 

21:03 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : hollande, merkel, poutine, mariupol, europe, politique | | |

jeudi, 08 mai 2014

A ta santé, Vladimir !

Pendant que des gens meurent à Donetsk ou Odessa, celui que le Pingouin et son pré carré de courtisans prennent pour modèle et parangon de toute vertu trinque avec Vladimir Poutine le jour de son anniversaire. Cela me rappelle Brice Hortefeux et Jean Luc Mélenchon, surpris ensemble à la buvette du Parlement européen, pendant que militants du front de gauche et sympathisants de la droite populaire s'insultent sur les marchés. 

poutineschroder_0.jpg

.REUTERS/ITAR-TASS.

 L'Allemagne (lire ICI) se dit choquée. Ou plutôt on dit qu'elle l'est dans les journaux. A mon avis, ici comme ailleurs, l'homme de la rue s'en fout.Ou fait des paris : Qui vont-ils retrouver, l’œil goguenard, les deux larrons ? Obama, DSK, Sarkozy ?  Carla, Michelle ou Angela ?

A propos du Pingouin infatué,je viens d'entendre les formules aussi creuses que ridicules, qu'il assène et débite sous l'Arc de Triomphe en revendiquant évidemment ceux qui sont morts pour vivre libres : L'Europe, c'est la paix. Sortir de l'Europe, c'est sortir de l'Histoire....  Sans oublier: Le passé ne doit pas être une nostalgie. De quoi être, en effet, nostalgique d'une époque où ceux qui prétendaient aux plus hautes fonctions savaient parler correctement. Celle de Simone Signoret pour qui la nostalgie n'etait plus ce qu'elle était. Glissons...

Et puis, dit le Pingouin, , Je n'admets pas les extrémismes.. Comme si, avec le traité transatlantique qu'il soutient, et qui à long terme revient à abolir les nations libres, comme si avec la propagande éhontée sur l'Ukraine, il n'était,pas lui, dans l’extrémisme  !  Eh bien, n'admettons pas les extrémismes. Votons aux extrêmes !

10:43 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : poutine, schröder, ukraine, russie, poltique | | |

mardi, 06 mai 2014

L'Elysée ou comment s'en débarrasser ?

J’ai du mal à penser que ce clown qui loge à l’Elysée depuis deux ans  y demeure encore trois autres en continuant ce même pas de danse dans le bal des faux-culs.  Ou alors ça voudrait dire qu’en effet le pays est désormais parfaitement anesthésié. Ce qui, après tout, est peut-être le cas.

hollande,france,culture,politique

François Hollande. - AFP

 

Car ce qui est le plus frappant sous ce quinquennat, c’est la disparition -ou plutôt la dissipation- de tout intérêt politique pour la culture.  La culture était pourtant -qui s’en souvient ?- la grande affaire de la gauche, jadis. Depuis que les Tartuffes ont inventé le multiculturel, c'est-à-dire ce que Martel appelle finalement le mainstream, ou d’autres  le marché de la culture, et que les gens de gauche s’en sont faits les VRP officiels, motus sur le sujet. Quand je parle de culture, je parle de langue française, de littérature, d’art, de religion, d’histoire antérieure à cette maudite déconstruction européenne dans laquelle nous nous sommes fourvoyés.  Je parle d’idées, et non pas d’éléments de langage

 Le plus frappant, dans le discours de Hollande quand il s’adresse aux Français comme si ces derniers étaient des enfants ou des débiles, de boite à outils à grand retournement,  n’est-ce pas tout de même (et ce  depuis celui du Bourget qu’on nous a vendu comme un discours fondateur), son imbécillité totale, son vide absolu, son absence d’esprit ?  De poncifs en poncifs, monsieur Petites Blagues répand sa sottise à la façon d'un Sully Prudhomme éternellement satisfait de lui. On se dit que soit il prend les gens pour des idiots, soit il est idiot lui-même. Il suffit de relire une page de Louis Althusser ou une page de Jean Guitton – je prends à dessein ces deux personnages fortement antagonistes j'aurais pu tout aussi bien parler de Georges Dumézil ou Claude Levi-Strauss, pour se demander tout soudain où est passée et par où s’est enfuie la grande culture de ce pays…

La ministre de la culture, qui remercia publiquement sa maman le jour de sa nomination rue de Valois, au point que même Frédéric Mitterrand en fut atterré, incarne d’ailleurs ce vide culturel jusqu’à la caricature.  De sorte que j’en reviens à ma question du début : Trois ans encore, dans cette « normalité », cet effacement de toute originalité, de toute personnalité, de toute ferveur, cette noyade dans cet univers de courbes et de statistiques…  A moins que la France elle-même soit morte comme le cadavre que trimbale Amédée...  non, c’est impossible !

 

01:07 | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : hollande, filippetti, ionesco, amédée, france, culture, politique | | |

lundi, 05 mai 2014

Graal, merveilles et déconvenues

J’ai eu l’occasion de voir dernièrement le Perceval de Florence Delay et Jacques Roubaud, monté par Christian Schiaretti au TNP, que je n’ai pas du tout aimé. Aussi, plutôt que de me demander si cela tenait de la faiblesse de l'adaptation pour le moins immodeste ou des effets trop visiblement distanciés par rapport à la matière médiévale et chrétienne de la mise en scène, je suis revenu au texte et me suis replongé dans le premier tome de cet incroyable Livre du Graal, « dont le format n’excelle pas la paume » (1), et qui tisse avec subtilité le lien entre l’Histoire Sainte et la légende arthurienne, en se revendiquant à la fois de l' évangile apocryphe, de l’hagiographie et du roman de chevalerie.

Son premier volume, Le Joseph d’Arimathie, s’offre comme ordonné par la manifestation même de la Sainte Trinité (« d’une chose trois et de trois une »). Son auteur, qui demeure anonyme et se donne comme « le plus pécheur des pécheurs » (p 4), coud un lien inédit entre un objet trivial et prosaïque, « l’écuelle où le Fils de Dieu avait mangé » (p 23) et le Graal d’origine celtique, dont Chrétien de Troyes s’était inspiré avant lui. Ce lien, c’est la Passion qui l’opère puisque l’écuelle ordinaire - en recueillant le sang du Christ, un sang versé par amour pour la destruction de la mort- devient au fil des paragraphes une relique et un symbole eucharistique.

Le transfert de l’une (l'écuelle) à l’autre (le symbole) trouve sa matérialité dramatique dans l’odyssée merveilleuse que Joseph  accomplit avec son fils Joséphé, de Béthanie et Sarras en Terre Sainte vers l’Angleterre. Voyage qui n’est pas sans rappeler d’autres voyages mythiques : - celui qui mena Enée de Troie à Lavinium, en ce sens que comme l’un fondait Rome, l’autre fonda la Chrétienté – mais aussi celui de Moïse et de son peuple élu à travers la mer Rouge, par son aspect miraculeux, la traversée des « chevaliers » se faisant sur le pan de la chemise de Joséphé, qui ne cesse de s’élargir au fur et à mesure que les compagnons de voyage s’y pressent.  «Si lor avint si bien que ançois que li jours apparut, furent il tout arrivé en la Grant Bretaigne, et virent la terre et le païs qui tous estoit puéplés de sarrazins et de mescreans » (ce que Gérard Gros, le traducteur traduit par : « leur grande chance voulut qu’avant le point du jour ils avaient tous accosté en Grande Bretagne, et découvrirent le territoire, le pays entièrement peuplé de Sarrasins et de mécréants » - p 419). Une voix aussitôt assure à Joséphé que la Grande Bretagne est promise à son lignage « pour l’accroître et la faire prospérer par un peuple qui tiendra mieux parole que le peuple actuel. », à condition qu’il y propage « le nom de Jésus-Christ et la vérité de l’Evangile » partout où il ira. Aventure qu’il est impossible de mener à bien sans la force du Graal lui-même, qui multiplie les pains et œuvre comme un cœur commun : « Cele nuit jut li pueples en un bois, es fuelles et es ramees qui furent el bois meïsmes. Au matin, quant li jours aparut, et ils furent venu devant le saint Graal, la oùil orent faites lor proiieres et lor orisons, si se misent en lor chemin, et errerent tant qu’il vinrent a ore de prime au chastel de Galafort » (Le peuple, cette nuit-là, coucha dans un bois, à même les feuilles et les ramées. Au matin, quand le jour fut levé, ils vinrent devant le saint Graal faire leurs prières et leurs oraisons, puis ils se mirent en route et cheminèrent pour atteindre à l’heure de prime le château de Galafort ». (p 428)

Le livre du Graal comprend trois tomes dans la Pléiade : je n’en suis nullement spécialiste. Mais à retrouver le tissu médiéval du commencement de ces aventures – tissu duquel notre rationalité nous prive de sentir grand-chose,à mon avis - j’ai compris pourquoi je n’avais pas aimé cette mise en scène et peut-être même -au-delà d’elle- ce texte prétentieux de Delay de Roubaud : par leurs choix et leurs prises de position a posteriori, tous deux gomment la force spirituelle et le propos sacré de l'oeuvre initiale pour n'en garder que la trame visuelle et verser vers le feuilleton - voire la bande dessinée parfois assez grossière, comme dans le dernier tableau du Perceval qui sert de bande annonce à la suite censée venir l'an prochain (2). Par leurs anachronismes, ils transpirent de ce souci constant de distanciation critique toute moderne, de cette volonté, au fond, de se croire plus malin que la merveille plutôt que de se laisser envoûter par son charme, sa poésie, sa tradition historique, et de servir son enchantement..  

graal,roubaud,delay,perceval le gallois,tnp,tns,joseph d'arimathie,joséphé,littérature,moyen-âge,eucharisite,jesus-christ,angleterre,odyssée,christianisme

Joseph d'Arimathie et le saint-Graal

 

(1)Livre du Graal tome 1, Pléiade, page 6. Toutes les pages citées dans le billet renvoient à ce même volume et au premier récit, Joseph d'Arimathie.

 (2) La totalité des mises en scènes du Graal fiction va courir encore sur de nombreuses années puisque nous n'en sommes qu'à la quatrième pièce sur une dizaine, coproduites par le TNP et le TNS

samedi, 03 mai 2014

Du renard et de ses enfants

Il n’avait rien à dire, sinon que le monde lui avait échappé à force de répéter les mêmes formules. Il ne reconnaissait plus vraiment sa ville, son pays, son continent, son monde. Bientôt, plus rien de tout cela ne serait lui, à lui, pour lui. Son esprit, qui s’évadait le plus souvent à son insu, lui ouvrait des trajectoires insoupçonnées jusqu’alors. Par exemple, que ce qu’il avait toujours cru changeant ne l’était au fond pas tant que ça, et qu’il ne servait à rien de briser sa parole et ses forces contre le mouvement dominant du monde, quand bien même le haïrait-il.

Plutôt demeurer sur un banc de la place, à contempler les pigeons piétinant le sable devant la statue. Quelques oisifs rayons de mai balayaient parfois ses avant-bras, en-dessous de ses manches de chemise retroussées, puis s’éclipsaient de nouveau par-derrière de menaçants nuages. Menaçants de quoi ? se murmurait-il aussitôt. Il avait toujours aimé ces gouttes chaudes et furtives qui ne faisaient, comme eux, que passer, le temps d’une ondée – pas de quoi en trimbaler un parapluie toute la journée, non, vraiment !

Le monde continuait de tonner : pas de quoi, non plus, se fendre d’un billet pour les journaux du soir. Les journaux ne protègent de rien. Et si une guerre devait pour de bon advenir, de quoi auraient-ils tous besoin d’être informés ? Or dist li contes, c’est toujours la même prophétie qui déambule par-dessus nos crânes, avec un air de déjà-vu ou de déjà-dit, certes, et un p’tit quelque chose de spécial ou de nouveau, mais c’est toujours le même piège qui captiva jadis la patte du renard, et today celle de ses enfants. 

Un vieux clochard passe devant lui, traînant la sandale. Entre le sec et l'humide, le soir s'installe, à peine mouillé.

 

00:57 Publié dans Des poèmes | Lien permanent | Commentaires (2) | | |