Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 novembre 2014

Nos jours restants ...

« Le pays se relèvera dans 20 à 30  ans et encore, donc pour nous tous ici, il s’agit de sauver … nos jours restants. Ni plus ni moins »  Le pays en question, c’est la patrie d’ Hypérion, et cette phrase se trouve dans un billet qu’on peut lire ICI dans son intégralité.

D’un certain point de vue, cette affirmation semble contraster avec le thème d’ « unité nationale » et l’exaltation du « sacrifice » entendus dans la bouche du couple exécutif en goguettes commémorative ici ou là. L’individualisme farouche règne partout en Europe, parce que cette Europe qu’on nous propose n’a pas d’âme, ni cœur ni d’identité. Sans doute est-ce pourquoi elle a sans cesse besoin pour exister d’en appeler scandaleusement aux morts du passé, ceux de 14/18 ou ceux de la Shoah, pour se la fabriquer, cette âme. Mais n’est pas Homère qui veut, et la Guerre de Troie n’a traversé les temps que parce qu’elle était génialement versifiée : les gens qui ne se sentent plus Grecs en Grèce, et qui s’en iront on ne sait où sauver « leurs jours restants » du grand naufrage culturel dans lequel les économistes ont plongé l’ancien continent, sont à l’image de tous les autres habitants de la zone et ne se sentiront pas plus qu’eux européens ; la patrie européenne n’est rien d’autre que l’écran plat, la carte visa et la porte d’embarquement de l’aéroport. Il faut arrêter de raconter des bobards aux gens. Bien plus que les discours minables de Valls sur Clémenceau ou de Hollande sur la paix dans le monde, la phrase de ce billet de Greek Crisis nous dit l’état du monde, et là où achèvent de nous conduire les politiques de ces créatures soporifiques, sournoises et  malfaisantes qui ne savent parler que de paix, de peuples et de République, comme d'autres des dieux morts.

grèce,europe,politique,homère,

 

Anneau de la Mémoire, dernière œuvre d'art contemporaine inaugurée par un président aussi insignifiant que commémoratif, aussi en équilibre que l'anneau et la paix dont il cause...

19:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grèce, europe, politique, homère, anneau de lamémoire, notre-dame-de-lorette | | |

dimanche, 09 novembre 2014

La blessure du monde

Depuis des années, les mêmes démarcheurs frappent régulièrement à nos portes. Un marchand d’encyclopédies pour bacheliers tout juste pubères remplace sur le paillasson un vendeur d’aspirateurs sans fil, et prend sa place à l’Elysée, pour un bail aux allures de peau de chagrin.  

Les bonimenteurs  s’amusent. Ils déjeunent dans des arrière-salles de restaurants parisiens. Ils se rancardent, se dénoncent, complotent, s’insultent. Entre poires et fromages, injures et petites blagues, partage de bonnes bouteilles et de coups tordus, de JT en meetings, ils promènent les tabloïds, qu’ils aient noms Jouyet, Fillon, Sarkozy, Hollande, ou consorts.

Le premier fut ministre du deuxième, qui fut Premier ministre du troisième,auquel succéda le quatrième, lequel réembaucha le premier. Et ça tourne, terrible jeu de poupées gigognes assises sur des chaises musicales. Les secrets des dossiers comme ceux des alcôves  divertissent un instant le populo qui regarde au soir, dans son HLM et sur son écran plat,  BFM ou TF1. De quoi faire un mauvais Zola.  Il revotera quand même, le populo, qui pour l’un, qui pour l’autre, parce que le vote c’est sacré, lui a enseigné l’école des Emile et des Jules de cette foutue République gangrénée jusqu’à l’os, et que  la République, c’est tout ce qui lui reste de son histoire, au populo, son histoire dont ils auront tous fait voler en éclats les vitraux colorés et les champs héroïques.

Ainsi, les scénarii se déroulent et s’oublient : qui se souvint, dans l’isoloir de mai 1981, de l’affaire de l’Observatoire ?  Il se peut néanmoins que de la nullité crasse de l’actuel résident du Palais, des compromissions inouïes de ces hommes, de ces femmes  et de ces partis politiques  englués dans le politiquement  correct, paralysés par leur accointance avec les journalistes et les élites aux intérêts  mondialisés,  surgisse un éboulement de terrain –  ça ne sera jamais un séisme car nous ne vivons plus à la hauteur des séismes -  mais un simple éboulement, lequel n’emportera que le muret du jardin.  Et tous et toutes s’égosillent et s’égosilleront, se lamentent et se lamenteront ou se réjouissent ou se réjouiront sans voir que la blessure du monde est ancienne, bien plus ancienne que leurs débats.  Et qu’elle est sans doute, n’en déplaisent aux régimes et  à leurs formules, aux partis et à leurs règlements,  aux constitutions et à leurs décrets, inguérissable

 

Car les salopards d’hier sont les Grands hommes d’aujourd’hui, et la ritournelle n’étonne que les oiseaux nés d’hier, eux qui pondront pourtant  le monde de demain.  Mais combien les turpitudes des uns, des autres, taillées à la dimension de leçons de morale incessamment bavées, auront lassé la brève durée de nos vies !  « Ce n’est pas toujours par valeur et par chasteté que les hommes sont vaillants et que les femmes sont chastes » : qu’est-ce donc, qui aurait changé depuis La Rochefoucauld, et qui justifie à ce point la croyance en la réforme, dans laquelle on fait vivre (survivre) intellectuellement  le populo ?

la rochefoucauld,maximes,jouyet,fillon,élysée,

Nous avons déjeuné dans un grand restaurant parisien...

20:36 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : la rochefoucauld, maximes, jouyet, fillon, élysée | | |

mercredi, 05 novembre 2014

Prof, ton casier

Voilà trois ans que, pour arrondir mes fins de mois stagnantes, je me charge de cours supplémentaires auprès d’apprentis, dans le lycée où je travaille, avec des heures sup dorénavant lourdement imposées. Cette année, malgré ( ou à cause – cercle vicieux) de ce rackett de l’Etat de gauche, j’ai continué :  mes cours dans cette section ont donc commencé depuis septembre.

Quelle n’est pas ma surprise de découvrir ce matin que mon administration me demande, dans un avis plaisamment intitulé « Demande d’autorisation d’enseigner en apprentissage » (voilà trois ans que j’y suis – avec une promo qui est déjà passée par l’examen) , de lui fournir avant le 15 novembre « le bulletin n° 3 de mon casier judiciaire datant de moins de 3 mois….» Au cas où depuis début août, j’aurais eu l’insigne honneur de rejoindre l’émérite profession de braqueur de banque ou  de violeur de gamines pré-pubères, je dois donc attester de la virginité de mon casier comme si je débarquais dans le navire en train de couler. On pourrait l’exiger de moi, dans cette logique, tous les trois mois, car je me demande si je ne vais pas aller commettre ce soir quelque acte répréhensible avec des copains de retour de Syrie, tiens !   

Prof, ton casier ! C’est donc  à un gouvernement de gauche qu’on doit cette mesure, et je n’ose imaginer ce qu’auraient dit les encartés du SNES qui font profession d’éduquer les pauvres gens dans ce pays si une telle mesure s’était déroulée sous le mandat du tyrannique, odieux et somme toute pétainiste Sarkozy.

Ces deux gouvernements de gauche successifs auront tout fait : après un ministre du Budget bardé de comptes en Suisse, un  premier incompétent à l’Economie promu à la commission européenne, un second qui, après avoir prétendument redresser la production( !)  va faire des stages à 36 000 euros le mois pour apprendre le métier de chef d’entreprise, une ministre de la culture qui est capable de déjeuner avec un Nobel de littérature en demeurant infoutue le lendemain  de citer le nom d’un seul de ses livres à une journaliste, comme une vulgaire candidate  du bac, et un ancien de l’Education nationale qui retourne faire des cours payés en francs suisse à Neufchâtel après avoir débité sa morale républicaine à trois francs six sous à tout le monde, moi je dis aux gens de gauche qui ont voté pour cette clique de cyniques et de jean foutres, qu’attendez-vous pour renverser la table ? Que la majorité des gens de ce pays, après avoir bu le calice jusqu’à la lie, épuisés de supporter le double discours permanent et le spectacle ridicule de cette chienlit au pouvoir envoie Marine Le Pen à l’Elysée, et advienne que pourra ?

Au lieu de ça, je les entends rasant les murs, expliquer que c’est normal, pas si grave, blablabla, après tout, c’est vrai qu’il faut se méfier de tout le monde, hein, pas de discrimination, égalité, égalité des traitements  devant la tentation du délit…

Cette bande de charlots ….consternant ! Voilà ce que ça produit, le socialisme à la française : Une société gangrénée du haut par la méfiance et le mépris, infectant chacun de ses membres.

Je m’interroge : comment des gens ont-ils encore du temps à perdre à écouter à la télé les baragouinages de mauvaise foi de ce président lamentable et de ses partisans ?

Et tiens, je me tâte : demain, je ne fais pas cours, je vends de la poudre, de la bonne poudre blanche aux étudiants. Avis aux amateurs ! Dealer, en novlangue, ça rime avec professeur.  Et au moins, j’aurai une bonne raison de présenter mon casier au guichet du ministère de NVB….

201109242014.jpg

21:49 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : casier judiciaire, éducation nationale, france | | |

mardi, 04 novembre 2014

Quand les mots se la coulent douce

Longue et belle journée de lecture à l'abri de la pluie, une pluie longue, constante, musicale. Ailleurs, plus bas en Ardèche, dit-on sur les écrans, l’eau a fait des ravages. Elle n’a fait par ici qu’y ruisseler tout le jour, y rafraîchir l’air, y planter pour de bon l’automne qui tardait à venir, au mépris de la Toussaint et de ses mornes randonnées de survivants à travers les tombes.

Lire, donc. Dans un pays politiquement éteint, lumière des Lettres.

Ecrire, tout autant. Et mêler la satire à sa nostalgie, la dérision de la dénonciation à celle de l’aveu de soi, amorcer ce retour au sein de l’Heimat infidèle.

kerouac_qui_dort.jpg

La littérature est un univers en soi, une chambre close, quand les mots se la coulent douce.

19:38 Publié dans Des poèmes, Là où la paix réside | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature, lecture, novembre | | |

dimanche, 02 novembre 2014

Coïncidences

Plus nous vieillissons, plus le mois de novembre débute tard. Je veux dire, non plus le premier jour, comme tous  les autres mois, mais le deuxième, véritablement, le jour des Morts, de ces morts qui se sont accumulés avec fracas derrière nous, et parfois à l’orée de notre existence, pour que nous comprenions bien qu’elle ne serait pas davantage que la leur une partie de plaisir.

Malgré le déplaisir, nous n’avons pourtant pas désespéré de cette vie, sachant combien les pubs sont mensongères, et qu’il serait vain de réduire la vie à un seul sentiment, si exaltant soit-il, tel celui, si ambigu, du bonheur. S’il y avait une pub à concevoir pour l’existence, je ne sais pas trop ce qu’il faudrait en dire, ni comment la présenter. L’existence n’est ni un plaisir, ni un déplaisir, ni un malheur, ni un bonheur. Elle est une faculté, et c’est déjà beaucoup en dire.

Je me suis réveillé ce matin parmi eux. Eux, les morts. Songeant, les yeux clos, rêveurs, qu’ils vivaient là, rodant en moi, bien que le fil de leur existence soit rompu. Quant à moi, encore soumis à l’économie des vivants, leurs regards, leurs désirs, leurs exigences, leurs attentes,  leurs rancœurs, espérant toujours d’eux malgré toutes les déconvenues je ne sais quel tenace amour, je me suis demandé si je n’étais pas mort en réalité. Ce sentiment n’avait rien de peinant, au contraire. Rien de réjouissant non plus, au contraire.

 

Un peu plus tard dans son sermon, le prêtre n’affirma rien d’autre, que ce que les Morts connaissent de la mort les rend Vivants en nous pour jamais, quand ce que nous en ignorons fait de nous des cadavres en sursis, qui avons besoin de Dieu. Et je me suis alors demandé si la religion, dont la fonction est de rassembler ce qui a été séparé, de relier, n’est-pas en essence une pure coïncidence, au sens étymologique, et presque miraculeux du terme.

visitez-des-lieux-insolites-construits-a-base-dossements-humains23.jpg

 

Ossuaire de l'église San Bernardino alle Ossa, Milan

D'autres, à visiter ICI

 

18:18 Publié dans Là où la paix réside | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : toussain, jourdesmorts, religion, christiannisme | | |

jeudi, 30 octobre 2014

Les Editions du Bug sont nées

Le Bug, c’est :

Une rivière à la frontière de l’Europe

Un gros crash informatique

 Maintenant c'est aussi 

et surtout :

bug-bienvenue.gif

Votre prochaine maison d’éditions où vous fournir en bonne littérature 

Alors, le jour de Sainte-Bienvenue,

Soutenez !  Adhérez !

Tour d’horizon et Renseignements à suivre ICI

 

 

littérature,édition,bug,pologne,thevenet,redonnet,teasing

 

lundi, 27 octobre 2014

Suceurs de sang

Tout le gotha politique et économique enterrait ce matin Christophe de Marjorie à Saint Sulpice. Il fallait entendre, à la sortie de l’église, les « personnalités » socialistes, comme on dit, parler de lui non seulement comme « un homme bien », « un homme atypique apprécié de tous », mais surtout comme un homme plein d’humour, quand le PS lui-même avait menacé Gérard Filoche d’exclusion pour avoir parlé à son propos de « suceur de sang ». Le pingouin Hollande, dont le sens de l’humour est proverbial et qui connaissait bien le défunt, avait justement salué « la finesse d’esprit » de ce « grand patron » lors de son communiqué. Il était présent au premier rang de l’église, en tant que président, bien sûr, mais aussi en tant que proche de la famille, aux côtés de l’émir du Qatar (un autre proche…)

« Suceur de sang » : ce n’était certes pas très malin, pas plus que de traiter de « singe » Christiane Taubira.  Mais depuis quand demande-t-on à l’humour d’être intelligent ? Et depuis quand exige-t-on du peuple qu’il ne rit plus ?

Depuis les salons précieux du XVIIe, salons hantés par les Trissotin et les Bélise (amateurs futiles et complices de petites blagues) que Molière ne se priva pas de tourner au ridicule ! C’est alors que se développa  cet humour français si connoté, qui se piquait d’être un trait d’esprit et un instrument de séduction en instaurant le culte du bon mot contre la franche saillie rabelaisienne et qui, de Voltaire à Sacha Guitry , passa par la suite pour un signe de culture ( en lieu et place de la saine érudition), quand il n’était qu’un marqueur de classe dans une société de plus en plus sotte et embourgeoisée.

Bien sûr, avant les précieux, les dévots avaient aussi condamné le rire, au motif que « le Seigneur ne rit jamais ». Certes, bien avant les précieux, d’austères gens d’Eglise avaient même été les premiers à interdire au peuple de rire, au risque de perdre son âme et de compromettre son Salut : le rire, une forme de péché, était la signature de Satan. Au moins cette injonction s’inscrivait-elle dans une hiérarchisation du monde, du profane au sacré, qui faisait sens, à l’heure des bâtisseurs de cathédrales, et les jours de carnaval permettaient de s’adonner au rite d’une joyeuse inversion.

 

humour,lipovetsky,sacha guitry,voltaire,précieux,préciosité,carnaval,christophe de marjorie,obsèques,france,culture,société,littérature,saint sulpice

Gargantua, Envoi au lecteur

 

Nos puissants bourgeois bohèmes aux commandes aujourd’hui se comportent, avec les interdits qu’ils multiplient sur la liberté de rire de tout, à la fois  comme des curés sans soutane et des précieux ridicules. Sous leur règne attristant, c’est peu dire que la France va mal. On se demande si elle n’a pas complètement perdu la tête, alors que les comiques milliardaires et si accommodants avec le pouvoir emplissent les bacs des centres culturels d’objets indéterminés et les théâtres parisiens. En 1983, Gilles Lipovetsky appela cette ère « l’ère du vide ».  Dans cette époque, écrivait-il, l’humour apparait comme un « code de dressage égalitaire, qu’il faut concevoir ici comme un instrument de socialisation parallèle aux mécanismes disciplinaires » Nous y sommes. Tu ne diras pas singe ni suceur de sang, au risque d’apparaître tantôt comme diabolique, tantôt comme imbécile. Dans les deux cas, border line, c'est-à-dire infréquentable. Rire de certains trucs, c’est très vilain et ça peut te coûter cher. Confère Dieudonné. Mais tu riras du reste, officiellement drôle, ruquierisé devant ton écran : Tu riras seul, et seulement de ce qu’on te dira.