vendredi, 03 octobre 2014

De l'estimation fausse du passé et du façonnage délictueux de l'avenir

Le microcosme médiatico-parisien a décidément des ressources infinies ! Après avoir sorti François Hollande des placards du PS pour en faire à l’issue des primaires socialistes le plus mauvais président de la Cinquième République, voilà qu’il projette sur le devant de la scène Alain Juppé, homme d’Etat prétendument  extraordinaire pour s’être mis en un temps record tout le pays à dos lorsqu’il était ( au siècle dernier) Premier Ministre, pour avoir été bien plus tard le ministre des Affaires Etrangères de Sarkozy et avoir remis à neuf entre temps  les quais de Bordeaux. Le personnage apparemment se pique au jeu, pressé, sans doute, d’être le prochain pingouin de la zone. Consternant.

Taubira, pendant ce temps, fait mine de combattre l’islamisme radical dans les banlieues en y envoyant des sociologues. Pourquoi pas des conseillers principaux d’éducation, des assistantes sociales  ou des formateurs IUFM ? Voilà qui en dit long sur les petites manipulations de cette gauche haïssable des centres villes, et  son cynisme aveuglant.  On se souvient que la loi qui porte le nom de ce ministre devait ne jamais, ô grand jamais ! être une porte ouverte vers la PMA : Taubira restera dans les annales comme l’exemple parfait du pompier pyromane, alors que les traces de son funeste passage place Vendôme ne commencent qu’à peine à être visibles. Quels occultes services a-t-elle rendu en loge au pépère de l'Élysée pour résister ainsi à tous les remaniements ?

Cet après midi, dans la salle des ventes, un brocanteur de mes connaissances ne cessait de se plaindre du fait qu’il ne vendait plus rien, et le commissaire-priseur de soupirer devant le peu d’enthousiasme de la salle devant les lots successifs. J’ai acquis pour 30 euros un paysage attribué à un élève de Carrand, une toile certes sans prestige ni magnificence, mais un travail honnête et réussi de l’école lyonnaise de peinture, laquelle depuis longtemps est en jachères pour ne pas dire en ruine. Un univers se délitait devant nous comme dans un rêve, de l’orfèvrerie, de l’argenterie, des meubles, tant et tant d’objets dont la nouvelle classe supérieure de nomades qui hante les grandes métropoles de la zone ne veut plus se charger, ni l’âme ni les poches. Eux sont high-tech et écolos. Ces bibelots et cette vaisselle que la bourgeoisie du dix-neuvième siècle acquerrait à prix d’or ne vaut plus un pet de renard à leurs yeux d'incultes festifs et blasés aujourd’hui. Alors  les vendeurs des puces en emplissent leurs caddys en faisant la moue parce, qu’eux trouveraient presque que c’est encore trop cher pour leur médiocre business.

Tout ce que m’inspirent ces considérations jetées sur l’écran, c’est que concernant l’estimation du passé, on se trouve face une crise de la valeur sans précédent sans doute dans notre culture. Comme est sans précédent la crise de la valeur qui affecte la formation des hommes politiques et celle des prétendues élites, ainsi celle qui touche à la procréation et à l’éducation des enfants, futurs citoyens de la zone, du meilleur et du plus cauchemardesque des mondes… La fin : c'est au fond tout ce que mérite un monde qui ne sait plus estimer son passé, et creuse la tombe de son avenir dans le business délictueux...

 

carrand,juppé,politique,meilleur des mondes,taubira,pma,manifpourtous

La dame à l'hermine, sans rapport avec ce texte, pour se souvenir un instant du Beau, plongés que nous sommes au cœur même  de la laideur

mardi, 30 septembre 2014

Un parfum de Noé

C’est à coup sûr une nouvelle terrifiante, peinante même, parce que quand on les voit (quand on se voit) entassés dans les bus et les métros, à la queue leu leu dans les files des supermarchés et les bouchons autoroutiers, ingurgitant à peine réveillés les nouvelles des journaux gratuits emplis de pavés publicitaires, s’habillant et s’empiffrant de low coast, ou pire festoyant en masses dans des concerts, des stades  ou sur des plages, quand on les voit et quand on s’y voit aussi… apprendre qu’au fur et à mesure que cette espèce humaine pullule jusqu’à la nausée sur la planète, les animaux sauvages la quittent, la désertent, oui, meurent peu à peu, espèce après espèce, cela fait sérieusement douter du bien fondé de l’humanisme et de tout ce qui en découla en guise de théories souvent aussi délirantes que vicieuses…

 

le livre de la jungle,kipling,mowgli,animaux sauvages,humanisme,

Kipling, Livre de la jungle

20:56 Publié dans Là où la paix réside | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : le livre de la jungle, kipling, mowgli, animaux sauvages, humanisme | | |

dimanche, 28 septembre 2014

Une nouvelle vue sur le Luxembourg

Rarement la France n’aura traversé un tel vide culturel. Un désert ! A tel point que, tout le monde paraissant polarisé sur la crise économique, et sur les non solutions politiques que les europhiles de droite comme de gauche s’envoient à la figure, on ne parle plus d’elle. La gauche, pourtant, s’était forgée une légende durant les années pompidoliennes puis giscardiennes, celle d’incarner à elle seule la vie culturelle et même la vie intellectuelle. On a peine à le croire aujourd’hui, tant les sexagénaires grisonnants en costumes bleus et tailleurs à poix qui, après une carrière bien remplie au PS, gouvernent le pays à coups de lieux communs sur l’égalité, l’anti racisme et la parité, ont partout anesthésié les forces vives, les forces pensantes de la société. .A moins que ce vide culturel, cette non-culture, ces débats raplaplas, ce bonheur d'être niais ensemble, ce soit cela, précisément, qu'ils appellent le triomphe de la culture ?

Emblématique de cette non-culture, Gérard Collomb ! Il fut maire estampillé de gauche durant tout le mandat Sarkozy. A ce titre, il demeurera le fossoyeur de l’Hôtel-Dieu, et le cofondateur avec Jean Michel Aulas du stade de l’OL à Décines, quelle stature ! Et puis, avec Michel Mercier (lui aussi réélu)  le promoteur pharaonique du très coûteux et très inutile musée des Confluences. Cet adepte des promenades en famille sur les berges du Rhône et des Nuits Sonores (intense, la vie intellectuelle !) vient donc d’être  réélu sénateur après avoir été réélu maire, symbole de la culture du compromis à la sauce maçonnique, et du cumul des mandats à la sauce gribiche.

On nous bassine, dans ce pays quasiment mort, parce que deux membres du front national viennent d’entrer au sénat. C’est bien pourtant la moindre de choses, au vu des pourcentages de votants FN dans le pays profond.  Et puis, sans rire, David Rachline et Stéphane Ravier pourront-ils faire pire que  David Assouline ou Vincent Placé ? Toute cette comédie est à se tordre. Pendant ce temps, les dégâts de la loi Taubira, l’égérie des gays et des lesbiennes,  commencent à se faire sentir avec les décisions de justice prévisibles à propos de l’adoption d’enfants nés de PMA. C’était la raison d’être de cette loi, le fameux droit à l’enfant, droit qui n’a jamais été que l’antichambre du marché des ventres. Et la encore, la présidence Hollande, ses enfumages et ses dénis n’aura été qu’un constant mensonge avec l’égalitarisme pour bouclier. C’est ainsi que Bernard Combes, maire de Tulle, conseiller technique à l’Elysée pour les élus locaux du pingouin, fervent défenseur du mariage pour tous, vient de manger sa culotte. Certes, cela n’empêchera pas la Garde des Sceaux de continuer à sévir en douce, avec cette façon de gouverner par le « droit », derrière le dos des gens. Mais cela devrait avoir du sens dans la tambouille.

De son côté, le président du pire est encore à venir qui, d’une part,  déclare d’une voix trainante qu’Hervé Gourdel est mort sous la lame des jihadistes «parce qu’il est français » affirme d’autre part que ce sont aussi 932 français qui sont partis « faire le Jihad » en Syrie. Laissons cet imbécile à la tête de cette gauche schizophrénique gérer les contradictions de ce que c'est, de leur point de vue, que d'être français,..  Mais comment s’étonner que, sous ce mandat calamiteux, la vie culturelle soit si pauvre ?  Je pense à cette expression qu’ils avaient tous à la bouche, les gens de gauche, à propos de Sarkozy, qu’il avait « abîmé le pays ». Comme on pouvait s’en douter, ceux qui l’ont poussé dehors dans le seul but de prendre sa place et de servir la pelle à gâteaux à leurs lobbies ne pouvaient bel et bien faire que pire. A l'instant, à la télé, Brigitte Bardot, octogénaire , pose sur le port de Saint-Tropez. Et Michel Sardou, septuagénaire à la voix chevrotante, présente sa nouvelle création... Quel renouveau ! Et quelle infinie vie culturelle...

 

sénat,luxembourg,bernard combes,gerard collomb,confluences,david rachine,stephane ravier,taubria,pma

 

jeudi, 25 septembre 2014

De sacrés terroristes

A moins d’être fou, opportuniste ou soi-même manipulé, on ne part pas à la guerre, quand on est un chef d’Etat responsable, on n’embarque pas son peuple et son pays en surfant,  toute rhétorique dehors, sur la mer passionnée de l’émotion. A moins que ces voiles ne cachent, bien sûr, quelque autre inavouable motif. Les amalgames de Hollande, dans son discours à l’ONU d'hier, entre Daesh, l’Ukraine, la Syrie, Ebola, et le fameux « rôle » ou « devoir » de la France dans tout cela, sont plus qu’inquiétants : l’état de l’opinion, entre désinformation, désintérêt, défiance inévitable et confiance partisane, l’est tout autant.

Pour le coup, je regrette qu’il n’y ait à l’Elysée un Chef militaire formé à l’action militaire ainsi qu’à la diplomatie, général ou autre, plutôt que ce civil adepte de la dissimulation, qui n’a jamais travaillé ailleurs que dans un parti et des administrations d’Etat, et qui, il y a deux ans et demi, dirigeait encore une région du centre de l’hexagone. Le voir disposer de tels pouvoirs et s’improviser chef de guerre sur tous les fronts de la planète à la remorque d’Obama, en se répétant chaque matin peut-être qu’il joue sa place dans les livres d’histoire parmi les « Grands », est alarmant. Sauver son quinquennat, dit-il : Et tous de s'engouffrer dans la brèche, va-t-en guerre de la presse et va-t-en guerre de l'opposition, le maire de Nice Estrosi en tête  (quel discours, celui d'Estrosi !) Où l’on voit et l’on comprend pour de bon que si, oui, les politiciens ont toujours été, à leur façon, de sacrés  terroristes, c'est qu'il savent qu'ils ne tomberont jamais, eux, entre des pattes d'égorgeurs détraqués, et ivres de sang

06:42 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : politique, hollande, onu, obama, hervé gourdel, ei, daesh | | |

mardi, 23 septembre 2014

Univers

Puisqu'au fond, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, dormons tranquilles. L'univers, ils sont nombreux à l'avoir déjà ordonné à notre intention, des empereurs romains aux carolingiens, des rois fainéants aux présidents inutiles.

L'univers épouse toutes les formes et n'en conserve qu'une, celle de nos naissances respectives, puis de nos disparitions. Le monde visible ne cesse de retrouver son commencement, d'expérimenter sa propre fin, de vagissements insignifiants en derniers soupirs sans importance. Toutes les formes, les incarnations à la queue leu leu, le matelas qu'on aseptise entre deux renoncements, comme la page des manuscrits non publiés...

Les lettres, tels des individus, se meuvent au rythme indolore du clavier, jusqu'à ne former que contingence et citoyenneté. Le législateur, quel qu'il soit, sera toujours imprévoyant devant les coups du sort qui se présentent à lui, toujours sans la moindre ponctuation.

En 1957, Adrian Frutiger créa rien moins que l'Univers, et nul ne sait si cela lui coûta plus de six jours. Chaque dimanche, depuis, il se repose - à ce que j'en sais - Et il a bien raison, même si ses lettres (paradoxalement) encombrent tout autant les aéroports que les autoroutes de nos fins de semaines. Vouloir instaurer le travail du dimanche est un signe d'allégeance à Satan, et Dieu sait combien de serviteurs ce dernier compte parmi nos zélés députés.

 

Adrian frutiger,univers,littérature,poésie

 

Univers de Frutiger, le schéma commercialisé

22:11 Publié dans Des poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adrian frutiger, univers, littérature, poésie, typographie | | |

samedi, 20 septembre 2014

Le même et l'autre

L’un, à 13% dans les sondages n’ose plus trop parler aux Français. Il ne s’adresse plus qu’à des journalistes, tentant de leur resservir quelques blagues à la con et, la paupière basse, la voix dans les chaussettes, leur explique qu’il fait un job difficile et que c’est dur d’aller contre sa nature pour faire preuve d’un peu de fermeté dans une décision.

L’autre, bondissant du placard où l’avait remisé son échec, voudrait parler aux Français. Mais il ne s’adresse qu’aux militants de sa page facebook, pour leur resservir l’espoir d’un improbable sursaut et, le sourcil pointu, le menton volontaire, leur explique que, quand le devoir l’appelle, c’est dur d’aller contre sa nature pour faire preuve d’un peu de constance dans une décision.

Rester encore et revenir, contre vents et marées dans les deux cas : malgré les déculottées publiques, ça doit tenir de la drogue dure, l’or des palais et la fréquentation des Grands Merdeux de ce monde :  l’autre et le même ou le même et l’autre, comme on voudra, une page politique qui refuse de se tourner, comme en son temps celle des Mimi-chichi jusqu’à la nausée, du grain à moudre pour les journaleux et, pour les électeurs, des avis d’impôts qui, malgré la phobie politique des contribuables continuent de grimper en descendant du national au local…

 

hollande,sarkozy,fête du patrimoine,président,élysée,facebbok,conférence,politique,france,impôts

La queue pour la visite du prestigieux bordel républicain, le jour de la fête du patrimoine

mardi, 16 septembre 2014

Sur une photo de Białowieża

Cette photo du parc de Białowieżaen Pologne, a quelque chose de reposant pour moi, ce soir. Les arbres n’y sont pas dans leur élément naturel. Sous l’écorce de leur rude sagesse, aussi infinie qu’elle est végétale, ils ne s’inquiètent pas,  pourtant. Ils attendent, debout, murés dans le silence des altitudes.

Quelque chose de serein s’exhale de ce vert tendre, bien qu’on y devine sans mal tout ce qu’il cache à la vue de viscéralement  répugnant. La vie marécageuse a toujours effrayé l’humain. Ce dernier aime trop voir, savoir, comprendre : la fange, il ne peut s’en accommoder.

Il tremble trop, faible dans ses assises, de s’y enliser. Souvenir d’une existence fœtale vers laquelle il ne peut tendre à nouveau sans éprouver le sentiment anxiogène d’une régression sans retour, conscient que sa vie tend vers une décomposition minutieusement, diaboliquement programmée.

 

Mais on peut aussi voir du limpide dans ce vert, de l’espérance, nom d’un chien ! De l’aérien, presque. J’aimais étudier dans cette bibliothèque aux murs verts – de ce vert là exactement. Je m’y revois, traduisant Sénèque ou Pline - c’était dans un lycée qu’alors je jugeais très ancien, quand je viens de découvrir qu’on va bientôt, seulement, fêter le centenaire de sa construction !

Le plus véritable de notre temps nous échappe dans le silence. Et le futur est un retour : voilà ce que je vois dans la majesté toute humide de ces arbres, et que je garderai au cœur jusqu'au divertissement prochain.

 

poésie,białowieża,pologne,littérature

 

21:58 Publié dans Des poèmes | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : poésie, białowieża, pologne, littérature | | |