Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 29 mai 2017

Le spectre de Louis XX à Versailles

Le meilleur moment de la conférence de presse des deux présidents russe et français, c’est le début. Alors que Macron fait débuter l’histoire "qui nous dépasse"de l’amitié franco-russe à celle de la visite de Pierre le Grand à Versailles et au début de l’influence des Lumières, Poutine rappelle très habilement au jeune coq devant lequel se pâment tous les commentateurs politiques l’existence de Anne de Kiev, épouse de Henri Ier de France, qui fut reine des Francs de 1051 à 1060 et en tant que mère de Philippe Ier apporta sa contribution à la dynastie des Valois et des Bourbons dont, rappela l’ingénieux Poutine, un descendant héritier demeure encore en Espagne.
Qu’il revienne au président russe de rappeler à Versailles l’existence de Louis XX en dit long sur la déliquescence culturelle d’un pays dont le président considère que la défense des LGBT constitue une « valeur essentielle ». En dit long aussi sur l'humour russe pince sans rire de Poutine, que j'affectionne particulièrement.
Autre moment fort de la conférence, lorsque que Poutine invita les intellectuels et artistes français à s’intéresser à toute l’histoire de la Russie et pas seulement à celle de l’URSS. Sainte Russie contre France républicaine… Manière de rappeler sa vision plus englobante et surplombante de la culture de son propre pays, à ce jeune homme qui, malgré son discours de campagne contre « la culture française » semble apprécier la cour du Louvre et le palais de Versailles au moins autant qu’il méprise ceux qui les ont construits…
 

direct-emmanuel-macron-et-vladimir-poutine-en-conference-de-presse-versailles.jpg

18:33 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : poutine, russie, macron, louis xx, versailles | | |

Commentaires

La médiatesque se garde bien de ne serait-ce que mentionner cette leçon.
L'inculture du Macron est en passe de devenir l'étendard de la France.
Ce qui est logique. C'est la France de Nabila, celle des anges de la réalité, celle de Ruquier, qui l'a élu. Cette frange de la France qui a choisi la fange.

Écrit par : C Tamet de Bayle | lundi, 29 mai 2017

Répondre à ce commentaire

"La médiatesque" : excellente expression ! je la reprendrai...

Écrit par : COLLIGNON | lundi, 05 juin 2017

Poutine a de très bon collaborateurs pour lui écrire ses discours.

Écrit par : Julie | lundi, 29 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Le Micron n'en aurait pas ?
Et sa femme ? Elle ne peut pas lui souffler le minimum ?

Point n'est besoin de preuves éclatantes de la nullité des éducatrices nationales. Pourtant, rageuse, la mère Macron s'est dit qu'il fallait quand même nous les fournir. Sur un plateau.

Écrit par : Tamet de Bayle | lundi, 29 mai 2017

Répondre à ce commentaire

certes, Madame. encore faut-il avoir l'intelligence de savoir choisir ses plumes. La médiocrité de Macron, ou pour être plus exact, sa volonté de réduire la France à l'épisode conjugué des Lumières (ou prétendues telles) et de la Révolution ne tient guère devant l'Histoire, ce que Poutine a fort bien rappelé. Au demeurant, il ne s'agissait pas d'un discours mais d'une conférence de presse et d'une mise au point impromptue.

Écrit par : nauher | mercredi, 31 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Continuez, Messieurs, á vous extasier devant Poutine. Je n'ai pas la moindre admiration pour Macron, mais il me fait moins peur que ce tyran.

Écrit par : Julie | samedi, 03 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Mais comment savez-vous, Madame, qu'il est un Tyran ?
Je me souviens de ma jeunesse, quand je passais le rideau de fer pour des raisons professionnelles.
De retour à Paris, l'intelligentsia hurlait ! Mes témoignages étaient scandaleux...
Aujourd'hui, cette même intelligentsia hurle à l'ignominie de Poutine.

Les journaux ? La médiatesque ?
Un peu de recul, que diable !

Écrit par : Tamet de Bayle | lundi, 05 juin 2017

Pas sûr que la question se pose en ces termes d'extase ou de peur, mais plutôt de raison ; bonne fête de pentecôte à vous,Julie.

Écrit par : solko | lundi, 05 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.