Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 février 2017

L'affaire Fillon

Nous sommes au spectacle. Le citoyen-consommateur regarde. Le citoyen -consommateur est habitué à prétendre à l’irréprochable (lui, l’est rarement, mais passons…) Il contemple donc, pour s’en réjouir ou non, un meurtre politique commis en direct, conduit grâce à tous les outils de la propagande. Pour être élu président de la République dans ce pays, il y a des erreurs à ne pas faire. Travailler durant des années avec sa femme à un cheminement politique qui passe par Matignon, tout en la rétribuant quand la Loi de l’époque le permet, ça on peut : la preuve, 20 % des parlementaires besognent encore tranquillement ainsi, et on n’a jamais emmerdé Fillon durant des décennies de vie politique pour ça.  

Mais affirmer :

  • Qu’il existe des raisons géopolitiques qui justifient qu’on négocie avec Poutine ou Bachar el Assad
  • Que la laïcité n’a pas à être durcie pour des religions comme le judaïsme, le christianisme, le bouddhisme, car seul l’Islam est un problème
  • Qu’on n’abolira pas la loi Veil, mais qu’on est cependant personnellement contre l’avortement
  • Qu’enfin on s’affirme haut et fort catholique en soutenant de surcroit Sens Commun, dans un moment où pourtant tout le monde s’accorde à trouver friendly le fait qu’un musulman devienne maire de Londres …

Affirmer tout cela, c’est s’exposer à ne jamais pouvoir devenir président de la République, tout simplement. Des secrets fiscaux conservés au chaud dans les placards de Bercy et tout prêts à fuiter si nécessaires, ils en ont bien  d‘autres, de même que des journalistes courageux prêts au lynchage, humour et gros titres garantis, infos en boucle et commentateurs politiques unanimes. C’est le monde dans lequel nous vivons. Les pauvres sont tenus par leurs crédits, et les hommes politiques idéologiquement déviants par leurs arrangements financiers des temps anciens.   Pendant ce temps, un blondinet irréprochable forcément, vu d‘ il vient, dont la campagne est financée par on ne sait trop qui, est bombardé homme providentiel. Jeunes gens, votez pour lui ; c’est lui le monde de demain.

 La moralité la plus austère y règne…  Et ça ne plaisante pas…. Car l'argent et les medias demeurent plus que jamais le nerf de la propagande. 

Commentaires

De deux choses l'une, ounMméFillon á travaillé avec son mari, oú elle a été payée á ne rien faire. Toutes les arguties et les,théories du complot n'y changeront rien. Le plus gênant pour moi, c'est que ce candidat fustige les assistés, comme,il,dit, et se,pose en moraliste.

Pour moi, c'était le seul rempart contre Marine le pen, et ce qui arrive m'ennuie.

Écrit par : Julie | samedi, 04 février 2017

Répondre à ce commentaire

Battre Le Pen n'est pas une fin en soi.
Ce qu'il faut combattre, c'est l'ultra libéralisme et ses dérives aussi bien économiques que libertaires, la théologie islamiste et son anti christianisme fondamental, le chômage et ses conséquences désastreuses, l'ignorance et ses méfaits, la superstition et ses abus,les croyances en de fausses valeurs, le tout technologique et l'aliénation qu'il génère... Qu'est-ce que Le Pen dans tout cela ? Qu'est-ce que l'emploi fictif de Pénélope Fillon dans tout cela ? Les medias nous abreuvent de confusion et de faux (d)ébats. Il nous faut nous retrouver sur un essentiel culturel, et nous méfier de tous les bateleurs comme de tous les organes de propagande qui vont dans le même sens et conduisent l'opinion depuis si longtemps.

Écrit par : solko | samedi, 04 février 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.