Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 septembre 2017

De la laicité

Les ennemis du Christ ont besoin de l'Islam en raison de l'image corrompue que cette théocratie entretient de Dieu parmi les hommes, de la confusion qu'elle y jette et qui sert, croient-ils, leurs intérêts. Mais ils le redoutent comme tout un chacun, lorsqu'il se radicalise. Voilà pourquoi ils sont partagés entre islamophilie et islamophobie selon que l'instrumentalisation qu'ils font de l'Islam sert leur stratégie de déchristianisation du monde ou soudainement échappe à leur contrôle.
 
Un chrétien n'aura jamais ce rapport ambivalent à l'Islam car il ne peut être en vérité ni islamophobe, ni islamophile. Il sait que cette religion est hostile au Christ et méconnait la charité, comme il connait l'aveuglement de l'athéisme, toutes les erreurs de jugement et tout le fanatisme dont ce dernier est toujours capable. Il ne se berce donc plus d'aucune illusion quant à l'un et l'autre frères jumeaux et se maintient sauf de leur ignorance commune du Christ, en demeurant précisément sur cette rive où le garde sa prière, et en rendant à chacun ce qui leur appartient respectivement : A l'empire ce qui est politique et idéologie, et à Dieu ce qui est sacrifice, amour, parole et charité.
Un chrétien seul peut être ainsi, comme l'Histoire nous le rappelle, véritablement laïc.
 
 

07:14 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : laïcité, islam, christianisme, république, france | | |

Commentaires

Cher Solko, Cher Roland,

Il y a longtemps que je ne suis venue ici parler avec vous, parce que je ne sais pas parler avec un croyant. Je peux (essayer de) parler avec un homme, avec un lecteur de Béraud, avec un amoureux de la forêt de Bialowieza, encore que cette dernière, à part de petites connaissances livresques... :)
Je profite de l'occasion qui m'est donnée par le titre de votre billet, pour revenir sur ce site de Solko que j'aimais beaucoup.

"De la laïcité", dites-vous.

La laïcité est, me semble-t-il, la condition de la liberté. De la liberté de conscience. Dont la seule limite est le droit commun.

Le régime de laïcité (qui ne peut s'entendre que dans une république démocratique) réalise trois propositions :
1. Personne n'est tenu d'avoir une religion plutôt qu'une autre.
2. Personne n'est tenu d'avoir une religion plutôt qu'aucune.
3. Personne n'est tenu de n'avoir aucune religion.

Ce concept politique, ce principe constitutionnel français, crée un espace "a priori" qui se présente comme la condition de possibilité de ces trois propositions et qui élargit le champ de la liberté à ce qui n'est pas nécessairement présent hic et nunc.

La notion d'appartenance préalable est étrangère à la laïcité, elle n'en a pas besoin. Mais elle ne la rend pas impossible ni ne la persécute.

La laïcité est profondément libératrice en ce qu'elle proclame un devoir d'aveuglement touchant les appartenances particulières. UN DEVOIR D'AVEUGLEMENT POUR LA PUISSANCE PUBLIQUE, S'ENTEND.
Pour tout ce qui n'est pas la puissance publique (et ce qui la représente), c'est la LIBERTÉ DE CONSCIENCE, dans le respect du droit commun.

La laïcité est une idée à la fois simple et difficile. C'est, je pense, une belle idée.

Je vous assure de toute mon amitié, cher Roland.

Écrit par : Michèle | mardi, 03 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

La franc maçonnerie, ennemie de l'Eglise, a hélas perverti complètement le sens de la laïcité initialement chrétienne (un laïc est un chréien qui n'est pas dans les ordres) pour aboutir en effet au sens que vous donnez, qui ne distingue plus la différence en une religion mauvaise et une bonne, le bon grain et l'ivraie, comme dirait le Christ... quelle tristesse
Je vous assure également de toute la mienne, bien entendu.

Écrit par : solko | samedi, 07 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Quand la,laïcité devient intolérante et dogmatique, elle est aussi radicale que certains religieux. Je suis comme Michèle, incroyante, mais je fais très bien la différence entre l'islamisme radical qui pour moi prend la religion comme,prétexte, et le christianisme.

Écrit par : Julie | mardi, 10 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas entre l'islamisme radical et le christianisme qu'il faut faire une différence, Julie, mais entre l'Islam tout court ( qui forme la majorité silencieuse et consentante du radical) et le christianisme, qui ne parlent pas du même Dieu, en aucun cas. Tant que les Français, croyants ou non, n'auront pas compris cela, les problèmes demeureront. Il faut cesser de relayer le discours lâche des politiques et des maçons.

Écrit par : solko | mardi, 10 octobre 2017

Je voyais dans mon ancien quartier, de vieux musulmans qui allaient à la mosquée, ils avaient l'air paisibles et doux.....une dame musulmane a été la seule à aider une de ses voisines, une de mes anciennes collègues, qui venait de sortir de l'hôpital, en lui apportant tous les jours un repas..... mon fils aîné a été copain avec un gamin maghrébin, qui était gentil et serviable, ainsi que sa famille...... j'ai un peu de mal, malgré l'horreur absolue que m'inspirent les fanatiques, á mettre, comme,on dit, tout le monde dans le même sac. C'était il y a des années, les choses ont changé, sans doute, et pas dans le bon sens.

Écrit par : Julie | mardi, 10 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.