Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 14 août 2017

La roue et la Croix

L’homme post-moderne associe la religion au passé

Parce qu’on lui a fait croire que la technique était là pour l’émanciper de la foi

Mais la technique est aussi vieille que la religion, s’est toujours développée de pair avec elle.

La religion appartient donc à l’avenir autant que la technique, la roue autant que la Croix :

Qu’est-ce donc, en effet, que le développement d’une technique qui ignorerait Dieu et le prochain ?

Ce serait la religion de l’homme redevenu sauvage…

Les hommes de l’après modernité ont commencé à expérimenter

Qu’ils ont TOUT dans leur cerveau, absolument TOUT,

Tout sauf Dieu et le prochain,

Par Qui et par quoi seuls

S’éprouve et se connaît la Charité.

Ce que le Christ a révélé à quelques-uns

Et qu’il a voulu étendre à la multitude,

Il n’exige pas que tous les hommes l’acceptent :

Lui pouvait naître sans et pourtant

Il a accepté de passer par le ventre d’une femme.

Lui pouvait ne pas mourir et pourtant

Il a accepté de passer par la croix.

De même son trône passe par notre consentement.

 

Peu importe donc que nous soyons catholiques ou orthodoxes

Nous devons prier le plus que nous pouvons

Pour faire entrer par nous le Christ dans ce monde

Qui, sans Lui, NE CONSENTANT PLUS ni à la naissance ni à la mort court pour des siècles

Au règne de l’homme sauvage, à la tyrannie de l’Antéchrist.

Giovanni_da_Rimini_-_Stories_of_the_Life_of_Christ.jpg

Giovanni da Rimini, palais Barberini, Rome

08:29 Publié dans Là où la paix réside | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : christ, christianisme, technologie | | |

Commentaires

"Il a accepté de passer par le ventre d'une femme.."

Cette phrase me désole.

Écrit par : Julie | mercredi, 16 août 2017

Répondre à ce commentaire

Et pourquoi donc? Si vous croyez en Dieu, vous devez admettre sa toute puissance. D'ailleurs des scientifiques envisagent de parvenir un jour à se passer du ventre des femmes, comme ils envisagent de créer des écosystèmes adaptables à l'homme sur des planètes comme Mars. Les mythes aussi nous parlent de naissances entièrement surnaturelles (Vénus, par exemple). Si des cerveaux humains peuvent l'envisager, c'est qu'il y a une probabilité dans l'organisation de la matière que cela soit possible, et dans ce cas, la toute puissance peut le faire aussi bien et même mieux que nos moyens humains toujours si pesants.
Le veut-elle ? C'est une autre question. C'est d'ailleurs tout le sens de ce billet, de rappeler que Dieu a pris sur Lui toutes les vicissitudes de l'expérience humaine, de la naissance à la mort, et que nous devons en tirer une leçon. Que l'infiniment grand s'est fait infiniment petit, et le tout puissant miséricordieux en ne s'épargnant aucune souffrance (en les prenant même toutes sur Lui). Et que nous ne sommes rien par nous-mêmes. Pas de désolation, donc. Mais au contraire, une vraie consolation.

Écrit par : solko | mercredi, 16 août 2017

Répondre à ce commentaire

Comme c'est triste...... naître sans Mère, sans amour, sans tendresse. Il me semble pourtant que dans la religion, l'image de la Mère du Christ est vénérée.

Écrit par : Julie | mercredi, 16 août 2017

Répondre à ce commentaire

Bien sûr : Vénérée pour avoir accepté le plan surnaturel de Dieu (Marie aurait pu le refuser, elle avait son libre arbitre) pour elle, et ce faisant en ouvrant le chemin à tous les croyants. Ce n'est pas la maternité en soi qui est célébrée, Marie n'est pas Demeter ! Mais l'humble soumission au plan de Dieu... Toute divinisation de la tendresse maternelle ou filiale relève plus du paganisme ou d'un réalisme sentimental oiseux qui n'a rien à voir avec le christianisme et l'amour pur de Dieu. En devenant mère, Marie s'est donc faite "humble servante du Seigneur", rien de plus ! Telle est sa Gloire!
Vous êtes vous demandé ce que signifie cette phrase du Christ : "Femme, il n'y a rien de commun entre toi et moi ?" ou encore, lors de la crucifixion : "Femme, voici ton fils" (en montrant Jean).
Le Fils de Dieu qui est de même nature que le Père et que l'Esprit n'a pas en soi besoin d'une mère, ni d'un père charnel, ni de disciples, d'ailleurs. Le Fils de Dieu "se fait homme" mais n'est pas de la Terre. S'Il supporte tout cela, à savoir nous, c'est par Passion, pour nous sortir de la demeure de l'orgueil où nous sommes tous plongés, et qui est la caractéristique même de la terre.

Écrit par : solko | mercredi, 16 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.