Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 09 mai 2017

Les vieux

 Pas de mots saillants chez ce triste sire qui vient d’être élu. Pas d‘idées originales. Pas de personnalité. Macron et ses équipes de com ont essayé de raconter leur histoire avec des images qu’on voit défiler mais qui n’impriment pas, comme si elles étaient déjà du passé. Tout ceci semble un théâtre vainement rabâché, un sketch pour maisons de retraite : remake du Panthéon dans la cour du Louvre, pour ceux qui n'étaient pas nés en 81... Une mise en abyme des « forces de l'esprit » par ce président petit pied/petit prince dont il faudra, se méfier au fur et à mesure qu'il prendra de l'épaisseur. Car derrière cette image en papier glacée très mitterrandienne (la ferveur en moins) se cache déjà l’idée (très hollandaise) qu’on fera de la politique en catimini, dans l’exercice convenu d’une duplicité politicienne élevée au rang du professionnalisme d’entreprise. Parcourant ce lieu ô combien chargé de la grandeur passée de la France, on ne voit qu’un fringant yuppie en redingote, mauvais acteur au demeurant, europhile convaincu prêt à la brader aux intérêts supérieurs transnationaux.

Le lendemain, encore des images : celle d’une complicité sordide entre deux « présidents », l’un qui battit des records d’impopularité, et son dauphin qui s’apprête, dans une société dont en réalité le sens échappe à tous deux, à en battre de nouvelles. Mais qu’importe : ils occupent les lieux stratégiques, ils règnent, ils jouissent de leur victoire arrachée dans l’ombre des loges et des palais. Ceux qui se moquent de ce qu’ils appellent « la théorie du complot » savent bien pourtant qu’on ne réussit aucune stratégie d’entreprise sans un projet bien théorisé, bien ficelé, et préparé de longue date.

La preuve en image encore, ce documentaire ridicule servi le soir par TF1, révélant à quel point la « conquête », pour reprendre un terme très sarkozien, avait été préparée et filmée de longue date, et à quel point un certain électorat (je ne dis plus le peuple, à l’identité moribonde) a été roulé dans la farine par l’Élysée. Les Anglais, parait-il, se moquent de la « monarchie républicaine » et des acteurs de second plan qui se succèdent dans les palais qu’elle emprunte à son passé. Ils ont raison. La République française est ridicule.

A présent se profilent les législatives. En Marche veut une majorité. On se demande bien pourquoi, puisque ses deux présidents ont d’ores et déjà décidé de gouverner par 49.3….

09:29 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : élysée, macron, présientielle | | |

Commentaires

je termine la dernière phrase : ... et surtout par odrdonnances.

Écrit par : Alexipharmaque | mardi, 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Macron est la créature d'Hollande qui ne pouvait pas se représenter. En cela le François est un vrai tacticien et animal politique bien plus malin qu'on ne le croyait.

Écrit par : Sam | mardi, 09 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Ne croyez pas que Hollande soit seul...

Écrit par : solko | mardi, 09 mai 2017

Monsieur Sam,
ces admirations pour les florentins et autres grands malins procèdent elles aussi du politiquement correct.
Et tiennent pour négligeables les vraies causes des victoires de la gauche, à savoir l'éducation nationale obsédée de formatage, les bombardements de la culture, le pilonnage des médias, sous la protection de la Justice d'Etat. Les grands stratèges n'y ont aucun mérite !

Quant un pays possède une justice et une police politique, c'est qu'il est déjà entré en dictature.

Écrit par : Tamet de Bayle | jeudi, 11 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.