Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 mars 2019

Syrie, Du chaos à l'espérance

Terribles, navrantes, glaçantes, les images sur l’écran de cette guerre… Comme celles de toutes les guerres, me direz-vous : huit années que cela dure, en Syrie. Des démagogues cherchent à nous faire croire dorénavant que Daech est vaincu : Mais si le califat physique l’est en effet, ce n’est pas la fin du califat tout court. La fureur islamique, ramasse-miettes de toutes les rancœurs et de toutes les manipulations politiciennes, a encore de beaux jours devant elle. Aussi certains Chrétiens d’Orient commencent à se demander quel sens possède encore leur combat contre l’islamisme, face à une opinion publique occidentale dont l’arrogance les ignore.
Les Chrétiens sont certes le sel de la terre, mais à quoi bon continuer de mourir pour des chiites ou des sunnites, se disent-ils, quand un monde occidental vassalisé par l’idéologie démocratique considère que la religion qui a le plus grand nombre d’adeptes – même fanatisés – doit in fine l’emporter… Le film Syrie, du chaos à l’espérance » nous fait comprendre la haine viscérale que ces Musulmans à qui le Coran explique que le Christ n’a jamais été crucifié éprouvent pour la Croix, au point de vouloir que disparaissent de la surface de la terre toutes traces du Christianisme, de ses monuments, de ses fils et de ses filles. Le film « Du chaos à l’espérance » retrace avec lucidité la posture intenable de ces habitants historiques de la Syrie, terre sainte et berceau du christianisme s’il en est, pris en otages dans une lutte fratricide entre musulmans et qui combattent, héroïques malgré notre insouciance et notre irresponsabilité.
Égoïsme, individualisme, manque de charité, oubli du Christ : Pourquoi sommes-nous si indifférents au sort de nos frères d’Orient ? Nous souffrons d’une sorte d’idéologie pacifique tètée dès les bancs de l’école, née d’un Plus jamais ça certes compréhensible au sortir de la seconde guerre mondiale, mais qui depuis s’est compromis à trop de râteliers salis et s’est teintée de trop de lâchetés déguisées en idéaux : une collègue devant qui je plaidais la cause des Chrétiens d’Orient au lycée eut un geste d’humeur et une moue devant moi : « Oh, les Chrétiens d’Orient … ! »
Inhumaine et d’un autre monde parait toute guerre à un pacifiste post-moderne, qu'il soit islamo-gauchiste ou catholique attiédi et bien-pensant. D’un monde arriéré, d’un monde d’avant sa naissance et d’avant « le progrès », d’un monde hérétique d’avant « l’amour » et le dialogue des peuples sous la bannière du libéralisme omnipotent. L’Ukraine, la Syrie, c’est loin, dans l’espace comme dans le temps, en effet… Et rien, semble-t-il, ne peut ébranler l’inconscience aveugle, l’individualisme torride, l’égoïsme indécrottable et le manque de charité de ces foules occidentales en permanence diverties et conditionnées au pire par les médias tout-puissants.
On peut cependant se procurer ce cri d’alerte et cet appel à l’intelligence des cœurs que représente le film Syrie, Du chaos à l'espérance sur le site de SOS Chrétiens d'Orient : se le procurer, le faire connaître et l'offrir autour de soi afin que le plus grand nombre comprenne à quel point il nous concerne tous en vérité.
 

SOS Chrétiens d'Orient,Syrie, Du chaos à l'espérance,daech,

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.