Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politiques & Anonymes de la banque de France

Les politiques de la Banque de France

Les politiques dont l’effigie a figuré sur les billets de la banque de France sont nombreux ; en suivant les liens, on trouvera des commentaires sur les billets suivants :


- Le 1000 francs / 10 NF  Richelieu

- Le 5000 francs / 50 NF  Henri IV

- Le 10 000 francs / 100 NF  Napoléon Bonaparte

- Le 5 francs Bayard

- Le 100 francs Sully

- Le 50 francs Jacques Coeur

- Le 500 francs Clémenceau

- Le 500 francs Colbert

Coloniser, décoloniser

- Un billet pour la paix

 

Les anonymes de la Banque de France

C’est essentiellement en temps de guerre que la Banque de France, à l’image de la mère Patrie, eut recours dans son imagerie à des figures populaires anonymes. Encore que quelques inconnus, comme le Forgeronde Luc Olivier Merson & le Jeune Paysan de Robert Poughéon, purent à leur tour devenir les éléments d'une propagande d'Etat dont s'emplirent les poches des gens durant de longues décennies en temps de paix. Mais c’est plus  rare : à ces périodes moins turbulentes, la patrie reconnaissante préférait associer la figure des grands hommes.

La monnaie actuelle, du moins celle qui a cours dans la « zone (quelle appellation !) euro », ne présente même plus d’anonymes sur ses vignettes. Elle ignore les hommes et les femmes, qui ne comptent plus pour elle, et qui, de fait, le plus souvent, l'ignorent également : monnaie comme jetons. Les hommes sont désormais bien trop nombreux pour prétendre au moindre souvenir : hommes, comme jetons.  

C’est la monnaie de l’après-humanisme, celle des grands ensembles où l’on se méfie, des aéroports où l’on passe, des écrans pullulant partout pour enfoncer dans l’esprit de peuples acculturés, qui ne connaissent quasiment plus du passé de leurs pays respectifs que quelques événements et grands principes tronqués, les noms de stars et de starlettes aussi interchangeables qu’insipides, dont demain se hâtera de foutre le souvenir à la poubelle.

L’euro est une monnaie de consommation, laide, graphique et sécurisée. De mon point de vue, il faut être fou pour la collectionner. Cette monnaie n’aura jamais d’histoire véritable, comme en eurent les monnaies historiques : franc, lire, mark et pesetas. Cela dit, il ya bien des gens pour collectionner des autographes de footballeurs et des capsules de sodas… Cliquez sur les titres pour voir les billets et les textes d'accompagnement

 

Sur les quais

Les jupons de Minerve

Le faucheur sans peur et sans reproche

Le forgeron et la fortune

L'Oeil du Berger

Gueule Noire

Un billet pour les bretons

Jeune Paysan

 

 

Billets rêvés

« La monnaie des pays que l’on veut connaître et comprendre en dit bien souvent plus que les peuples eux-mêmes sur leurs chefs, leurs aventures, leurs aspirations, leurs soucis, leur orgueil. La monnaie, c’est l’histoire qui court les rues, c’est un témoignage involontaire des pensées secrètes et communes, que les hommes se passent de main en main» 

 (Henri Béraud, Ce que j'ai vu à Rome -1929)

 

 

Rêveries autour de billets

Charles Péguy & le premier billet de cent francs

- Les vingt-cinq francs de Flaubert

- Alfred Jarry et Léon Bloy

- Pour cinq mille balles de mythologie

- Les Chagrins de Mercure

- Arthur Rimbaud et le square de la préfecture

- Françoise Sagan et Georges Pérec

- Taille douce d'une star du muet

- Si Beauvoir m'était contée

- L'article 139

- L'empereur du faux-monnayage

- Vingt--cinq francs et des faux-monnayeurs

- Sur les quais

- Stasiuk et les zlotys de son enfance

 

 

Écrit par Solko Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.